..."/>

Grâce à la VSV durant deux jours au Centre pastoral Lindonge :Des sensibilisateurs à la «paix et à la non-violence» formés

Une formation de renforcement des capacités des jeunes dans le cadre de la résolution de conflits dans leurs communautés respectives pour une meilleure cohésion sociale et une résistance aux tentatives de manipulation des politiques!

La VSV (Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme) a organisé pendant deux jours, soit du 10 au 11 juillet 2019, au Centre pastoral Lindonge, situé dans la commune de Limete, une formation des sensibilisateurs à la «Paix et à la Non-violence» dans la ville province de Kinshasa. Des jeunes notamment de Masina et de Makala ont pris part à cette session de formation, clôturée hier jeudi 11 juillet, tenue dans le cadre du Réseau Service pour la Paix (SCP) avec l’appui de la structure internationale «Pain pour le Monde».

La formation a permis de renforcer les capacités de ces jeunes dans la résolution de conflits dans leurs communautés respectives pour une meilleure cohésion sociale. Une façon de permettre aussi aux jeunes de résister aux tentatives de manipulation par les décideurs politiques.

Plusieurs thématiques, liées à la paix et à la non-violence, ont été abordées au cours des travaux, a dit le directeur de programme de la VSV, Dolly Ibefo Mbunga, dans son mot de clôture. «La paix en tant que l’un des droits fondamentaux de l’homme demeure la condition sine qua none pour la jouissance effective d’autres droits humains» a-t-il martelé.  Au cours des travaux de cet atelier, il a été clairement souligné que lorsque la paix est menacée dans un espace donnée, tous les droits humains civils et politiques, socio-économiques ainsi que d’autres droits collectifs le seront également.

Au directeur de programme de la VSV d’expliquer, «la paix ne signifie pas seulement l’absence de guerre ou de conflit, mais également un état de calme et de tranquillité où l’homme est à l’abri des perturbations, des troubles et autres de toutes sortes». Et d’ajouter, «la non-violence est également le passage obligé pour le respect des droits humains, car elle reconnait à tout être humain le droit d’exister et de jouir d’autres droits et des libertés fondamentales».

Pour lui, la non-violence est le renoncement à la force visant à détruire l’autre et ses biens. Elle est donc le rattachement à la force qui construit dans une communauté. Ainsi, des jeunes des communes de Masina et de Makala ont acquis des connaissances pour sensibiliser à la paix et à la non-violence dans leurs milieux respectifs pour le respect des droits humains.

Condamnation de Bosco Ntanganda saluée

La VSV a également saisi l’occasion pour saluer la décision de la CPI (Cour Pénale Internationale) de déclarer coupable Bosco Ntanganda de crimes de guerre et crimes contre l’humanité le 08 juillet dernier. Il s’agit d’un signal fort contre tous ceux qui ont commis des crimes en RD Congo et contre tous les autres potentiels seigneurs de guerre qui menacent la paix dans le pays.

Cette structure a enfin soutenu les efforts des autorités congolaises en général et du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en particulier visant à rétablir la paix à l’Est de la RD Congo, et tout récemment dans la province de l’Ituri où les violations massives des Droits humains ont été perpétrées.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?