..."/>

Grande exposition d’œuvres d’arts congolaises : Les Mayemba, père et fils ont exposé au Pullman Kinshasa Grand Hôtel

oeuvre d'art

Le vernissage des œuvres  congolaises d’art de François  Mayemba Nzekele  et de ses deux fils Lukau-Tendi Cojack et Pathy Mayemba a eu lieu le Weekend dernier au Pullman Kinshasa Grand Hôtel. Une grande exposition comme jamais cet établissement hôtelier  n’en a organisé !

A l’affiche,  60 tableaux et trois artistes-peintres  exposants : le père, François Mayemba Nzekele, 38 ans d’expérience professionnelle non stop et ses deux fils, initiés très tôt à cet art, trainant tous deux une vingtaine d’années d’expérience. Style : congolais, le collage-librisme.

Découvert par madame Corinne,  dans leurs ateliers du village des artistes du Zoo, leur style, typiquement congolais, le Collage-librisme, avait vivement retenu l’attention de Mme Corinne qui avait fini de les sélectionner pour une exposition de plus ou moins un mois  au Pullman Kinshasa Grand Hôtel  en date du jeudi 16 février 2017.

L’honneur au génie artistique créateur congolais

Comme les organisateurs de cette exposition l’ont reconnu, cette exposition fait honneur au génie artistique  créateur congolais. François  Mayemba, qui peint depuis 1969, brille de mille feux par sa créativité artistique. Pour casser la monotonie, il a embrassé le collage-librisme. Sa spécificité est qu’il recourt aux fibres  de baobab, aux raphias  et aux  morceaux de pagne pour coller.

Originaire du Kongo central, territoire de Madimba et père de dix enfants,  tous en vie, dont deux peintres majeurs qui exposent avec lui. Cet homme n’a jamais travaillé dans une société quelconque, si ce n’est comme peintre.    C’est un des monstres sacrés de la peinture contemporaine congolaise.

Parmi les tableaux exposés, certains ont captivé l’attention du public notamment ceux aux thèmes liés à la femme congolaise,     étant donné que l’exposition se tient à une semaine du mois de la femme (Mars) :  » Femmes au Marché « ,  » Femmes entreprenantes « ,  » Femmes travailleuses « ,  » Recherche de la vie « ,  » Consolation « , etc. Le père dira pour conclure :  » l’image d’un bassin sur la tète d’une congolaise décrit cette incroyable réalité capable que la congolaise a elle seule est devenue toute une société capable de faire toute la famille « .

Par G.O

*

*

Monter

Login

Lost your password?