..."/>

Incidents de l’UNIKIN : Thomas Luhaka sous forte pression

Unikin deguerpissement

Les députés nationaux de Kinshasa ce jeudi chez le ministre de l’Esu
Selon Daniel Nsafu, ses collègues membres de l’Assemblée nationale vont demander la levée des mesures prises par le Gouvernement de la République
Par Marcel Tshishiku

Le député national, Daniel Nsafu, a annoncé, hier, que ses collègues élus de la ville province de Kinshasa dont il fait partie vont se rendre, aujourd’hui jeudi 9 janvier, au ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), pour rencontrer le ministre Thomas Luhaka et s’entretenir avec lui sur les incidents survenus mardi dernier sur le campus de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), ainsi que les mesures prises par le Gouvernement de la République en rapport avec cette situation.

L’élu national a, lors d’un entretien avec la presse, expliqué que l’objectif de cette rencontre est de demander au Gouvernement de la République de lever les mesures prises en rapport avec ces incidents, qui, de son avis, apparaissent comme une punition, alors que la réaction des étudiants n’était qu’une conséquence inévitable d’un manque de mesures d’encadrement de la jeunesse universitaire congolaise et que, dans un pays qui se veut réellement démocratique, la revendication est un droit légitime.

Le député national a expliqué que ces incidents malheureux  ayant causé des dégâts matériels importants, des arrestations, des blessés et des cas de perte en vies humaines pouvaient être évités, si les revendications des étudiants étaient prises en compte par les instances compétentes.

Daniel Nsafu a exclu l’hypothèse de manipulation, estimant que les étudiants ne sont pas manipulables  » car, a-t-il ajouté, ce sont des intellectuels disposant d’une certaine maturité et capables de revendiquer leurs droits, pour avoir compris la nécessité de poursuivre leurs études et de les terminer en vue de commencer d’autres étapes de la vie « .
Il a, enfin, souligné l’importance de l’Education dans la société moderne, déplorant le fait que certaines personnalités ne semblent pas comprendre cette réalité.

A travers le ministre de l’ESU, Thomas Luhaka, le Gouvernement de la République a publié, à l’issue d’une réunion du Conseil national de sécurité tenue mardi dernier, des mesures instruisant la suspension de toutes les activités sur le campus de l’UNIKIN, l’évacuation de tous les occupants dudit campus dans un délai de 48 heures ; la réinstallation rapide des seuls étudiants régulièrement inscrits sur les listes pour l’année académique en cours, après une opération d’identification stricte ; l’identification et l’arrestation des auteurs de ces actes, pour qu’ils subissent la rigueur de la loi. Selon plusieurs observateurs, comment identifier et arrêter des infiltrés et autres délinquants après l’évacuation des occupants.

En principe, c’est en principe le mardi 7janvier  même qu’il fallait mettre en place  des dispositions avant la batterie des mesures annoncées par le ministre de l’ESU, à l’issue de la réunion tenue sous la coordination du Premier ministre.

*

*

Monter

Login

Lost your password?