..."/>

Initialement attendus hier jeudi à l’Assemblée Nationale : L. S. Okitundu, Thambwe Mwamba et E. Shadary reprogrammés pour ce vendredi

Thambwe Mwamba et E. Shadary

She OkitunduUn communiqué officiel publié par le Bureau de l’Assemblée Nationale a annoncé que la séance plénière consacrée à l’audition des trois membres du Gouvernement de la République, initialement prévue hier jeudi, a été reportée à aujourd’hui vendredi 9 octobre. Ce communiqué rappelle que le vice-Premier ministre en charge des Affaires Etrangères, Léonard She Okitundu, va répondre aux préoccupations des députés nationaux soulevées le lundi 02 octobre dernier, lors de la séance plénière réservée à la question orale avec débat initiée par le député Juvénal Munubo Mubi, en rapport avec les motivations de l’invalidation des passeports semi-biométriques utilisés en République Démocratique du Congo.

Pour sa part, le ministre d’Etat en charge de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, va répondre à la motion de défiance initiée par le député Paul Mohindu Nzangi sur l’attaque lancée contre la Prison Centrale de Makala et l’évasion de plusieurs détenus qui s’en est suivi. Enfin, le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, Emmanuel Shadary Ramazani, va réagir à la motion de défiance initiée par le député Fabien Mutomb sur l’usage disproportionné de la force et les violations massives des Droits de l’Homme dans l’espace kasaïen, au centre du pays, lors des événements malheureux de Kamuina Nsapu.

Dès la première annonce de cette nouvelle, les analystes avaient exprimé la crainte de voir les députés nationaux membres de la Majorité Présidentielle (MP) chercher des astuces pour empêcher le déroulement normal de cette séance plénière, notamment en ce qui concerne la motion de défiance  initiée contre  Emmanuel Shadary Ramazani qui assumait les fonctions de président du groupe parlementaire du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), plaque tournante de la MP. Pareil argument se justifie par le fait que l’objet de cette motion constitue une matière sensible, aggravée surtout par l’assassinat des deux experts des Nations Unies en Droits de l’Homme.

A ce point de vue, le silence observé sur la raison du report de la séance plénière d’hier amène les mêmes analystes à fustiger cette attitude des hommes et femmes politiques membres de la MP, dont le président de l’Assemblée Nationale, Aubin Minaku, qui ont préféré se rendre à une réunion à Kingakati. Ils ont ainsi privilégié l’intérêt partisan, au moment où l’opinion attendait les tueries et exactions inhumaines qui ont endeuillé, non seulement l’espace kasaïen, mais aussi la communauté internationale.

Les analystes appellent les Nations Unies, l’Union Européenne, l’Union Africaine, la SADC et toutes les forces vives de la nation congolaise à faire pression sur ces hommes et femmes politiques pour que les vrais commanditaires et auteurs du fallacieux phénomène Kamuina Nsapu soient déballés à la représentation nationale et que le Bureau de cette chambre législative ne cherche pas à la traiter en huis-clos.

Par Asiyeshindwa

*

*

Monter

Login

Lost your password?