..."/>

Islam : La fête musulmane des moutons sera lancée dès ce dimanche

musulman

Une source digne de foi a déclaré, hier jeudi, qu’après le jeûne prévu la journée du samedi, la célébration de la fête des moutons sera bel et bien lancée ce dimanche 11 août 2019, lors d’une cérémonie organisée au stade omnisports des Martyrs, dans la capitale congolaise, par la Communauté Islamique de la République Démocratique du Congo (COMICO). Selon cette source contactée au siège de la COMICO sis avenue des Huileries, dans la commune de Lingwala, ville de Kinshasa,  cette fête autrement appelée « fête des sacrifices », Aïd El Kebir ou encore « Tabaski », est célébrée chaque année en août par les Musulmans du monde entier, pendant le « mois de pèlerinage ». La cérémonie sera consacrée à la prière.

Puis, les trois jours qui suivent, soit lundi, mardi et mercredi, seront consacrés à la fête proprement dite. L’un de ces trois jours, les Musulmans vont égorger, en famille, dans leurs mosquées respectives… un jeune animal propre et sans défaut. Pendant le mois de pèlerinage, l’Islam recommande aux Musulmans de faire du bien. Ces derniers ont ainsi le devoir, par exemple, de rendre visite aux malades, prisonniers, personnes du 3ème âge… afin de partager la joie de la fête avec ces personnages.

La viande de la bête du sacrifice est divisée en trois parties, dont l’une est donnée aux voisins, l’autre aux membres de la communauté musulmane et l’autre consommée par la personne ou les personnes qui immolent. Tous les Musulmans prennent part à la fête des moutons, même les malades. La femme qui est au rendez-vous mensuel y participe aussi, mais elle n’est pas autorisée à faire la prière.

Comparée à la fête marquant la fin du Ramadan, la fête des moutons est qualifiée de « grande fête ». Le mois de pèlerinage constitue une occasion pour les Musulmans d’aller visiter des sites réputés, comme la ville de la Mecque, construite à l’endroit où la source de Zam Zam a jailli dans un désert, lorsqu’Ismaël pleurait et réclamait de l’eau à boire à sa mère. Un autre site est le mont Arafat, où Adam et Eve se sont retrouvés après avoir été chassés du paradis…

La source contactée a, enfin, déploré l’interdiction faite aux Musulmans de la RD Congo de se rendre en Arabie Saoudite durant le mois de pèlerinage, à cause de l’épidémie de la fièvre hémorragique due au virus Ebola. Elle a souhaité voir l’autorité publique congolaise contribuer, à l’instar des autorités d’autres pays, à la commémoration de la fête des sacrifices, autant qu’elle contribue aux activités organisées par d’autres communautés.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?