..."/>

Journée internationale des enfants soldats : L’UNICEF préoccupé par le nombre important d’enfants utilisés par les groupes armés en RDC

unicef__

La communauté internationale a commémoré ce mardi 12 février 2018 la Journée internationale des enfants soldats. A cette occasion, le bureau de représentation du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) en RDC a publié mardi un communiqué de presse dans lequel il se dit « particulièrement préoccupé par le nombre important d’enfants qui sont utilisés comme combattants, porteurs, espions, cuisiniers ou esclaves sexuels au sein des groupes armés et des milices au centre et à l’est de la RDC ». L’UNICEF saisit cette occasion de la commémoration de la Journée internationale des enfants soldats pour lancer un appel à l’ensemble des groupes armés et des milices à mettre fin à l’utilisation d’enfants dans les conflits.

Il n’y a pas de données précises sur le nombre d’enfants utilisés comme soldats en RDC. L’UNICEF et ses partenaires estiment que dans la seule région du Kasaï, entre 5.000 et 10.000 enfants ont été associés aux milices.  A ce sujet, le représentant a.i. de l’UNICEF en RDC, le Dr Tajudeen Oyewale a déclaré : « Ces enfants ont été témoins des tueries. Nombreux d’entre eux ont été obligés de tuer eux-mêmes. Leur enfance a été violée ». Les provinces du Tanganyika, du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et de l’Ituri sont également affectées par l’utilisation d’enfants par les groupes armés et les milices.

L’UNICEF estime à plus de 3.000 le nombre d’enfants qui seraient utilisés au sein des groupes armés et des milices au Tanganyika et au Sud-Kivu où la violence fait rage depuis plusieurs mois.
L’UNICEF se mobilise depuis des années avec ses partenaires pour prévenir le recrutement d’enfants, pour sortir les enfants des milices et des groupes armés et pour les réintégrer dans leurs communautés.

En 2017, l’UNICEF a facilité la sortie des groupes armés et la prise en charge de plus de 3.000 enfants à l’est du pays et de près de 1.000 enfants dans la région du Kasaï. Mais les fonds manquent pour prendre en charge les enfants sortis des groupes armés et des milices. Cette agence de l’ONU a besoin de 11,5 millions de dollars us en 2018 pour la prise en charge de ces ex-enfants soldats et pour leur réintégration dans la communauté.

Par N.T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?