..."/>

La collaboration des opérateurs congolais et étrangers prônée par la Chambre de Commerce de la RDC

C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’elle se préoccupe de la mise en place en son sein d’un Centre d’opportunité d’affaires!

La Table-ronde sur les Exportations en RD Congo « Export 2018 » a été clôturée le mercredi 04 avril à Kinshasa. Ces travaux ont été initiés par le ministre d’Etat en charge du Commerce Extérieur, Jean-Lucien Bussa, pour encourager la production locale et l’exportation.

Un rendez-vous important, auquel  la Chambre de Commerce de la République Démocratique du Congo n’a pas pris part, parce qu’elle n’a pas été invitée par les organisateurs. Et pourtant, cette organisation professionnelle des employeurs regroupant les sociétés privées et mixtes tenait à participer à l’Export.

Alors qu’elle a été absente à l’Export 2018, la Chambre de Commerce de la RDC a voulu apporter, à travers cette rencontre, son initiative qui prône la collaboration au pays des opérateurs congolais et des opérateurs étrangers.

Une façon d’encourager l’émulation et l’esprit d’entreprenariat dans le chef des Congolais qui se lancent dans le monde des affaires, a soutenu le président de cette chambre, Guy Mayele. Ce Congolais, qui est un serviteur de Dieu, tient à tout prix à apporter son expérience d’avoir évolué longtemps à l’étranger, plus particulièrement en Afrique de l’Ouest.

« Il ne faut pas que les Congolais développent une certaine hostilité vis-à-vis des opérateurs étrangers, parce qu’ils dominent notre économie et nous imposent les choses, mais de travailler ensemble dans différents projets, dans les secteurs  comme ceux d’agro-alimentaire et autres », a-t-il expliqué.

Le président Mayele a relevé, cependant, le rôle combien important de l’Etat, qui doit non seulement encourager ce genre d’initiative de collaboration au pays des opérateurs congolais et des opérateurs étrangers, mais aussi élaborer des lois qui incitent ces opérateurs de se mettre ensemble.

L’Etat doit surtout soutenir les nationaux pour accéder à des fonds qu’il a mis en place ou venant des structures financières internationales comme la Banque Mondiale, qui elle aussi tient à encourager les initiatives locales privées.

Le président de la Chambre de Commerce de la RDC a fait savoir que la collaboration au pays des opérateurs économiques congolais et des opérateurs économiques étrangers va éviter que l’économie soit toujours extravertie et contrôlée totalement par les étrangers, parce qu’elle va permettre à ce que les nationaux participent progressivement dans le contrôle de l’économie nationale.

Export 2018

C’est le 2 avril dernier que cette une table ronde sur la promotion des exportations des produits congolais et la réduction de la dépendance aux importations a été ouverte. Elle s’était fixée pour objectif, selon ses termes de référence, de « créer les conditions adéquates pour la réduction de l’hyper dépendance de la RDC aux importations et la promotion de l’exportation des produits agricoles, industriels et des services congolais afin d’accroître leur impact sur la croissance économique soutenue et le développement du pays ».

Il s’agissait spécifiquement, entre autres, d’identifier et proposer des solutions aux contraintes et aux obstacles à la production et à la promotion des exportations des produits congolais; d’identifier et promouvoir les produits à fort potentiel; proposer des alternatives pour la réduction de la dépendance aux importations et l’extraversion de l’économie congolaise, etc.

Les thèmes débattus dans les travaux ont été de comprendre la structure actuelle du commerce extérieur de la RDC pour mieux exporter, et la problématique de la relance de la production des biens et des services face aux défis de la promotion des exportations et de la réduction de la dépendance aux importations.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?