..."/>

Lutte contre l’impunité : Le ministre Lumeya révoqué, les mandataires Manikunda et Mukoko suspendus !

Lumeya, Manikunda et Mukoko

Le chef de l’État  leurs t reproche l’insubordination et la mauvaise gestion

Le ministre des Affaires foncières, Lumeya Dhu Maleghi, est révoqué.  L’annonce a  été faite le mercredi 13 mars dernier  sur  la chaîne d’État RTNC par le directeur de cabinet du chef de l’État, Vital Kamerhe. L’homme a par ailleurs annoncé qu’une action judiciaire sera ouverte à son encontre. « C’est une première action contre l’impunité », a-t-il commenté, accusant le ministre en question, Lumeya Dhu Maleghi, « d’insubordination » et de ne rien faire face aux « expropriations ».

« C’est une première action contre l’impunité. Nous ne pouvons pas comprendre que nous ayons tenu plusieurs réunions pour demander au ministre de rapporter ces arrêtés sur ce lotissement à des endroits interdits, sur l’expropriation des citoyens congolais et le ministre ne fait rien. C’est l’insubordination. Et quand le Premier ministre à son tour ne prend pas des décisions, le président de la République s’assume »,  a lancé M. Kamerhe à l’adresse du chef du gouvernement, Bruno Tshibala, nommé par Joseph Kabila en avril  2017.

Tshibala mis en cause

La présidence a également annoncé la suspension d’Oscar Manikunda,  président du Collège de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications au Congo (ARTC), également pour « insubordination », ainsi que de Daniel Mukoko Samba,  directeur général de la Société Commerciale des Transports et Ports (SCTP) ex Office national des Transports (ONATRA). « Il s’agit d’une mesure très très importante pour que tous les mandataires publics comprennent que c’est la fin de la récréation », a insisté Kamerhe, à l’attention d’une haute administration publique entièrement façonnée pendant les années Kabila père et fils (1997-2018).

Pour rappel il y a quelques mois, le Premier ministre Bruno Tshibala avait retiré la signature à Lumeya et l’avait obligé de lui soumettre tout projet d’arrêté. Mais le ministre révoqué se défend : « Je suis victime d’une cabale politique. On me reproche d’être insubordonné. L’insubordination a une sanction administrative. Je ne vois pas pourquoi on veut me traduire en justice devant le Procureur Général près la Cour de cassation.

Je crois que si ce n’était pas politique, ils devraient me laisser en liberté pour que je puisse faire valoir mes droits », a t-il notamment déclaré. L’homme  dit ne pas savoir de quoi il est exactement poursuivi : « Je prépare ma défense, mais c’est difficile de la préparer parce que je ne sais pas de quoi on me reproche ».

Firmin Yangambi et Franck Diongo  en instance d’etre libérés

Vital kamerhe  a par ailleurs annoncé la libération « dans quelques heures » de deux opposants au régime Kabila, l’avocat Firmin Yangambi et Franck Diongo Shomba. La libération d’un autre opposant, Eugène Diomi Ndongala, est suspendue au retour à Kinshasa du ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba,  actuellement en province.

Par YHR

*

*

Monter

Login

Lost your password?