..."/>

La CPI se joint aux appels pour une plus grande égalité homme-femme

La CPI

En marge de commémoration du mois de mars, considéré comme mois consacré à la femme, la Cour pénale internationale (CPI) se joint aux appels à l’action pour faire de plus grands progrès vers un monde plus équilibré entre les sexes.  La CPI, en tant qu’organisation comptant plus de 900 membres du personnel a célébrée la Journée internationale des femmes en prenant des mesures concrètes pour renforcer et promouvoir l’égalité au sein de son personnel.

Dans le cadre de ces efforts, les représentants  de la CPI, le Président de la CPI, Chile Eboe-Osuji, le Procureur Fatou Bensouda et le Greffier Peter Lewis, ont récemment rejoint le réseau de direction des International Gender Champions en leur qualité de responsables des trois organes de la Cour, prenant des engagements individuels et collectifs en vue de promouvoir l’égalité des sexes dans leurs domaines de responsabilité respectifs.

« En tant qu’institution dont la tâche est de promouvoir la justice, la CPI elle-même doit également refléter les principes d’égalité et d’équité dans la manière dont elle s’acquitte de son mandat. L’équilibre des genres est l’un des principes clés auxquels nous devons adhérer. À cette fin, nos politiques promeuvent la participation égale des femmes – de toutes les régions – aux effectifs de la Cour, à tous les niveaux d’ancienneté », a déclaré le Président de la CPI, le juge Chile Eboe-Osuji.

« Tout le monde a droit à un lieu de travail lui permettant de donner de son mieux et d’avancer conformément à son plein potentiel. Malheureusement, les femmes n’ont pas toujours bénéficié de ce droit fondamental. Je compte me concentrer sur des initiatives qui élimineront les obstacles et créeront des conditions équitables afin que tous les membres du personnel aient les mêmes chances de réussir et de prospérer au travail », a déclaré le Greffier de la CPI, Peter Lewis, rappelant son engagement pris en rejoignant le réseau de direction des International Gender Champions l’an dernier.
La Cour Pénale Internationale, dans le cadre de son mandat conféré par le Statut de Rome, peut également apporter une contribution importante à la lutte contre les violences perpétrées contre les femmes et les filles en période de conflit.
Fatou Bensouda, Procureur de la CPI, a souligné, outre la nécessité d’accélérer plus rapidement la réduction de l’écart entre les sexes, que : « les femmes et les filles, particulièrement vulnérables en période de conflit, sont trop souvent victimes de crimes sexuels et à caractère sexiste choquants. Il faut accorder toute l’attention voulue à ces crimes traditionnellement sous-signalés et non résolus.

Mon bureau continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir, dans les limites de son mandat et dans la mesure de ses moyens, pour enquêter sur les auteurs de crimes graves contre les femmes et les enfants et en poursuivre les auteurs. »
Pour rappel, la Journée internationale des femmes célèbre les réalisations sociales, économiques, culturelles et politiques des femmes, tout en soulignant la nécessité de progresser encore dans l’équilibre entre les sexes et l’autonomisation des femmes.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?