..."/>

La Dynamique des anciens de Nsona-Mpangu s’oppose au projet de délocalisation du bureau de cette zone de santé vers Songololo

    Le climat est devenu malsain depuis un certain temps dans le secteur de Bamboma, territoire de Songololo, entre le Médecin Chef de Zone de Santé de Nsona-Mpangu, d’une part, et la Dynamique des anciens et sympathisants de cette contrée de la province du Kongo Central. A l’origine : le projet de délocalisation du bureau de cette zone de santé rurale vers la cité de Songololo initié par son médecin chef de zone, le docteur Nsibu Ndosimau.

Pour la population habitant le secteur de Bamboma, depuis son affectation à Nsona-Mpangu en qualité de médecin chef de zone de santé, le Dr. Nsibu Ndosimau       n’a jamais habité la maison de service lui attribuée par l’Etat congolais. Cette résidence, suite à ce qui précède, se trouve présentement envahie par des herbes folles puisque inhabitée.

Selon des sources concordantes, ce médecin aurait toujours évoqué l’enclavement de l’agglomération de Nsona-Mpangu qui, dit-il très souvent, ne lui permet pas d’y résider. Pourtant, beaucoup d’argent aurait été investi à l’époque par la seule volonté de l’ancien Directeur national de Sanru, le Dr. Kintuadi, pour la modernisation de fond en comble du bureau de cette importante zone de santé.

Cette façon d’agir du médecin chef de zone de Nsona-Mpangu  frise l’insoumission aux exigences d’Etat. Une situation qui doit interpeller les autorités politico-administratives et sanitaires de la province du Kongo Central qui devraient à tout prix prendre des sanctions qui s’imposent à l’encontre de ce dernier.

Pendant ce temps, les habitants du secteur de Bamboma, de commun accord avec la Dynamique des anciens et sympathisants de Nsona-Mpangu qualifient de  macabre et impopulaire le projet du médecin chef de zone visant à délocaliser le bureau de leur zone de santé vers la cité de Songololo où il tiendrait, selon certaines indiscrétions, à se livrer aux activités commerciales des produits en provenance du marché transfrontalier de Lufu très rentables.

C’est pourquoi ces habitants se proposeraient de descendre dans la rue dès la semaine prochaine pour manifester leur colère en vue de faire échec au projet de délocalisation du bureau de la zone de santé. En attendant, tous les efforts fournis par notre rédaction provinciale pour atteindre le médecin initiateur de ce projet se sont avérés vains.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?