..."/>

La gratuité de l’enseignement de base en RDC : Plusieurs écoles privées se vident d’élèves

Des élèves rd congolais

La matérialisation de la gratuité de l’enseignement de base du niveau primaire en République Démocratique du Congo, dès la rentrée scolaire 2019-2020, constitue un véritable casse-tête pour la plupart des écoles privées. Cette promesse tenue par le Chef de l’Etat et qui devrait déjà être effective dans quelques jours seulement,  ne fait pas la joie de ces écoles qui, depuis les retombées du 2ème forum national qui s’est focalisé sur cette matière, sont confrontées au  problème de chercher comment convaincre certains parents pour leur envoyer leurs enfants. Il faut signaler que dans certaines de ces établissements scolaires, les parents retirent les dossiers de leurs progénitures,  en exigeant également le remboursement des frais payés comme acomptes.

Bonne nouvelle pour les parents et mauvaise pour les écoles privées

Si cette annonce est une bonne nouvelle pour les parents d’élèves, dont la tâche sera désormais allégée, pour certaines écoles privées c’est une mauvaise nouvelle, dans la mesure elles perdent de nombreux élèves. Des inscriptions-même s’évaporent. Avec le sourire aux lèvres, un parent n’a pas caché sa joie après avoir retirer d’une école catholique de la place un acompte déjà versé pour les frais scolaires de ses enfants. Beaucoup d’écoles encore ont du mal à rembourser ces frais, mais elles finiront par le faire.

Un engouement

Au moment où des inscriptions s’évaporent de plusieurs écoles privées, un engouement est observé dans des écoles officielles et conventionnées, où on voit beaucoup de parents inscrire leurs enfants. Cet état de chose  pousse déjà certaines écoles conventionnées à ne plus inscrire. C’est le cas de l’école primaire Saint Ignace, située dans l’enceinte de la paroisse qui porte le même nom, à la Cité-Verte, sur la Nationale N°1, dans la commune de Selembao, à Kinshasa.

Ces établissements scolaires  n’ont du tout tort, quand tout le monde sait que les inscriptions chez elles commencent très tôt, pour être clôturées aussi tôt. L’Etat congolais est donc appelé à mobiliser des fonds pour que cette solution soit durable, afin d’éviter des mouvements de grève.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?