..."/>

La PNC adopte le plan d’action de lutte contre les violences sexuelles

Leila Zerrougui

 Ce document s’articule autour de six priorités
Par GKM

Les Nations Unies se sont félicitées lundi de la signature d’un Plan d’action pour lutter contre les violences sexuelles  en RDC par la police nationale congolaise (PNC). « L’objectif du Plan d’action est d’éradiquer les violences sexuelles commises par certains agents de la PNC, ainsi que de contribuer à la prévention et à la réponse à la violence sexuelle en RDC, notamment par la lutte contre l’impunité et la protection des victimes et des témoins », ont expliqué dans un communiqué conjoint la cheffe de la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO), Leila Zerrougui, et la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, Pramila Patten.
Ce plan  d’action s’articule autour de six grandes priorités, à savoir : la prévention, la responsabilisation, la protection, le renforcement des capacités, la communication, et le suivi et l’évaluation.

Lutter contre l’impunité des auteurs des violences sexuelles

Selon les deux responsables de la Police Nationale Congolaise, ce plan d’action représente un pas de plus dans la lutte contre la violence sexuelle liée au conflit et réaffirme les engagements pris par le Président congolais Félix Antoine Tshisekedi et le nouveau gouvernement de la RDC pour prévenir et combattre ce fléau.

Ce plan d’action réaffirme également l’engagement du gouvernement de la RDC à faire en sorte qu’il ne puisse y avoir d’impunité pour ces crimes graves et souligne qu’il incombe aux commandants de prévenir et de sanctionner les violences sexuelles perpétrées par des éléments de la PNC.

Satisfaction de l’ONU

« La signature du Plan d’action est particulièrement importante au moment où la MONUSCO encourage les partenaires de la RDC à soutenir la professionnalisation des forces de sécurité », a estimé Mme Zerrougui.  La cheffe de la MONUSCO a promis l’appui de la mission au Secrétariat de la Commission qui a été créée pour en superviser l’application. Les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Plan d’action feront l’objet d’un suivi dans le Rapport annuel du Secrétaire général sur les violences sexuelles liées aux conflits.

Pramilla Patten  invite le gouvernement congolais à prévoir un budget spécifique approprié pour soutenir efficacement la mise en œuvre du Plan et encourage les autorités nationales à fournir un appui supplémentaire à l’Unité spéciale de police pour les femmes et les enfants (PSPEF).

« Je félicite le Président Tshisekedi et le nouveau gouvernement de continuer à faire de la lutte contre la violence sexuelle un pilier essentiel de leur stratégie visant à instaurer la paix et la stabilité dans les régions du pays touchées par le conflit, comme indiqué dans le communiqué conjoint signé entre l’ONU et le gouvernement en 2013 », a déclaré Mme Patten. « Mon Bureau, en coordination avec la MONUSCO et ses partenaires internationaux, est prêt à fournir un appui technique en vue de sa mise en œuvre intégrale et efficace, comme l’a demandé le gouvernement », a-t-elle martelé.

Le Plan d’action sur la lutte contre la violence sexuelle par la police nationale congolaise a été signé le 5 novembre 2019 par le Vice-Premier Ministre et Ministre congolais de l’intérieur, de la sécurité et Affaires coutumières, après des mois de consultations avec notamment la Conseillère spéciale du Président  de la République en charge de la jeunesse, la parité des sexes et la violence à l’égard des femmes, et un plaidoyer intense de la MONUSCO.

*

*

Monter

Login

Lost your password?