..."/>

Le taux d’épargne demeure faible en RDC

taux d'épargne

 Selon des statistiques relevées dans le cadre de la Journée mondiale de l’Epargne, célébrée le 31 octobre dernier à Kinshasa, moins de 4% des jeunes qui travaillent épargnent!

La RD Congo, comme les autres pays, a célébré, le 31 octobre dernier, la Journée mondiale de l’Epargne. Une série d’activités qui a permis, à cette occasion, aux banques et autres institutions financières d’exposer leurs services et produits ainsi que d’organiser des colloques pour aborder la situation de l’épargne dans le pays.

Outre le faible taux d’épargne en RD Congo, la culture de l’épargne dans le pays constitue aussi un vrai débat, selon le coordonnateur Arnold Mutombo de l’organisation «La Bienveillance» ,du fait que  depuis longtemps la perte de confiance a poussé de nombreux Congolais, plus particulièrement des femmes, à garder leurs fonds dans les structures d’épargne.

Selon des statistiques relevées dans le cadre de la Journée mondiale de l’Epargne, moins de 4% des jeunes qui travaillent épargnent. Chez les autres couches sociales, le taux d’épargne demeure réellement très faible. Et pourtant, à l’époque coloniale, et plusieurs années après l’indépendance, des structures, comme la CADECO, avaient merveilleusement accompli leur rôle où les petits épargnants économisaient leur argent, notamment dans cet établissement public qui était solidement implanté sur l’ensemble de la RD Congo.

C’est pourquoi pour faire renaitre la culture de l’épargner, il faut, pour ce spécialiste, que les toutes les transactions s’effectuent sans problèmes, sur une base de confiance mutuelle, si bien que les épargnants ne doutent nullement de la crédibilité de cette institution financière qu’ils choisissent pour placer leurs argents.

La population a même été encouragée, pour le moment, à l’épargne. Surtout que, le pouvoir public ouvre même des comptes en faveur des élèves méritants et des ménagères. Il faut quand même dire qu’avec le désagrément du système bancaire ainsi que la liquidation actuelle de certaines banques, la population a perdu confiance.

Ce qui a favorisé la montée de certaines institutions financières privées.

Ce qui est d’ailleurs déplorables pour des spécialistes. C’est pourquoi on plaide pour la relance de la culture de l’épargne auprès des petits épargnants, qui manifestent le besoin, mais s’abstiennent faute d’une institution financière crédible.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?