..."/>

Lèpre : le Dr Florent Ngondu conseille le dépistage et le traitement précoce

Le directeur du Programme National d’Elimination de la Lèpre a invité, jeudi 25 janvier, toute personne qui constate une ou plusieurs taches sur la peau, ou encore des boutons, de se rendre à la formation médicale la plus proche pour être consultée et savoir si elle est atteinte de lèpre.

Le Dr Florent Ngondu a formulé cette recommandation dans l’enceinte du Programme National de Lutte contre la Tuberculose, lors d’un point de presse avec les membres de l’Union des Journalistes et Communicateurs en Santé (UJCSA), dans le cadre des activités commémoratives de la 65ème journée mondiale de la lutte contre cette épidémie. Il a précisé que seuls le dépistage et le traitement précoce sont le mode de prévention le plus efficace et que la prise en charge des patients est gratuite.

Concernant la situation actuelle, le directeur du Programme National d’Elimination de la Lèpre a indiqué qu’à la lumière des statistiques publiées en 2016, 3 673 nouveaux cas de lèpre ont été dépistés en République Démocratique du Congo et que ces données placent le pays à la quatrième position au niveau mondial et à la première position en Afrique. Les provinces les plus touchées par la maladie sont le Tanganyika, la Tshopo, la Tshuapa, l’Equateur, le Mai-Ndombe, le Nord-Ubangi…

Le directeur a, ensuite, déploré le fait que les enfants constituent la couche sociale la plus exposée, le retard avec lequel les malades et leurs proches se rendent dans les formations médicales pour le dépistage et l’insuffisance des moyens financiers disponibles, ajoutant que seules onze coordinations, sur un total de 27 que compte le pays, bénéficient d’un appui permanent de la part de l’ONG internationale  » Action Damien « .

Pour le directeur Florent Ngondu, l’objectif de son Programme est d’enregistrer, en 2020, zéro cas de lèpre, zéro cas de transmission, zéro cas de stigmatisation. Il a, dans cette optique, appelé le personnel médical de continuer la recherche des cas de lépreux dans toutes les zones de santé de la RD Congo. Aux gouvernants, il a recommandé de mettre à la disposition du Programme les moyens nécessaires à l’éradication de l’épidémie.

Le directeur Florent Ngondu a rassuré que la lèpre n’est plus une maladie dangereuse comme auparavant car, grâce aux médicaments disponibles actuellement, le malade n’est pas contagieux après 48 heures de traitement.  » D’ailleurs, a-t-il précisé, l’Hôpital de la Rive n’est plus un hôpital de lépreux. Il devient l’Hôpital Général de Référence de Ngaliema « .

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?