..."/>

Les deux ports de Matadi visités par Bruno Tshibala

Dans le cadre de l’itinérance, le Premier ministre  accompagné d’une forte délégation des membres de son gouvernement composée de José Makila Sumanda, Wivine Mumba, Aimé Ngoy Mukena et Papy Mantezolo Diatezua respectivement Vice-premier ministre et ministre des Transports et Voies de Communication, ministre du Portefeuille, ministre des Hydrocarbures et Vice-ministre des Infrastructures, Travaux Publics et Reconstruction, a séjourné le week-end dernier dans la province du Kongo Central et plus précisément dans la ville portuaire de Matadi .A son arrivée le vendredi 21 septembre Bruno Tshibala a été accueilli au niveau  du pont Mpozo, par le Gouverneur intérimaire Atou Matubuana Nkuluki qu’entouré ses ministres provinciaux, les membres du conseil provincial de sécurité ainsi que les directeurs des entreprises tant publiques que privées de la place.

Son bref séjour au chef-lieu de la province du Kongo Central a été en effet marqué par une série de visites qu’il a effectuées, le samedi 22 septembre 2018, dans les différents ports tant publics que privés de Matadi parmi lesquels le Port International de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP) ainsi que celui de  » MGT  » communément appelé par les Matadiens  » Port Ledya  » où il s’est rendu personnellement compte du déroulement des activités liées à l’import et à l’export et ce, avant d’inspecter les installations pétrolières de  » Rescom Petrolum  » situées à Ango-Ango dans la commune e Matadi.

Il a enfin clôturé cette série de visites dans la soirée du même jour par le chantier du Stade Lumumba de Matadi où il a apprécié à sa juste valeur les travaux de parachèvement qui s’y réalisent et lesquels nécessitent de gros moyens financiers.

Avant de regagner Kinshasa le dimanche 23 septembre 2018 par route, Bruno Tshibala Nzenze a fait une petite escale au marché transfrontalier de Lufu pour palper du doigt le fonctionnement des différents services d’Etat qui y sont installés et demander à ceux qui y prestent de façon frauduleuse de vider le lieu.

Cela, conformément aux recommandations formulées dernièrement par la Commission Economique du Gouvernement de la République limitant le nombre des services d’Etat autorisés à prester aux ports maritimes et aux postes frontaliers de la République Démocratique du Congo. Il s’agit, a-t-il précisé, de la DGDA, de l’OCC, de la DGM, de l’Hygiène aux frontières entendez le PNHF et le SQAV ainsi que de la Police aux frontières, pour les services apparents.

Quant à l’ANR et au Renseignement Militaire qui sont des services non apparents, ils sont aussi autorisés d’y prester mais sans pour autant s’immiscer aux services intervenant au circuit douanier. Plutôt, ils doivent être à la fois inopérants et invisibles au public.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?