..."/>

Les difficultés de l’OEBK évoquées à l’Assemblée provinciale

La plénière tenue le mercredi 12 juin 2019 par l’Assemblée provinciale du Kongo Centrale a été très mouvementée suite à une motion d’information lue par l’honorable Thomas Kiakokua de la circonscription électorale de Matadi.
Cet élu,  natif de la ville portuaire de Matadi, a en effet condamné avec la dernière énergie l’état de dégradation dans lequel se trouve présentement l’imposant Pont OEBK jeté depuis des dizaines d’années sur le fleuve Congo à Matadi. Une dégradation attribuée au manque d’entretien régulier de ce pont, fruit de la coopération RDC – Japon.

Le cri d’alarme lancé par le député provincial auteur de la motion a  donné lieu à un débat très houleux parmi les députés provinciaux présents à l’hémicycle. Plusieurs d’entre eux ont sauté sur l’occasion pour révéler aussi d’autres problèmes obscurs que connait l’entreprise OEBK ayant la gestion quotidienne de cet important ouvrage.

Parmi les autres difficultés évoquées figure aussi la présence de plusieurs têtes d’érosion qui menacent les alentours du pont. Certains députés sont allés jusqu’à décrier les arriérés de salaires de plusieurs mois enregistrés par  les agents de cette entreprise, alors que celle-ci réalise chaque jour des recettes plantureuses à travers le péage. D’autres élus ont fustigé le non versement de la quotité due à la province depuis plusieurs années,  sans omettre le recrutement du personnel qui, à en croire certains députés, se ferait souvent sur base tribale.

La plénière de l’organe délibérant du Kongo Central qui a suivi avec une attention particulière tous ces problèmes déplorables et inquiétants, n’a pas tardé de réagir.   Ainsi,  sur base de tous les éléments évoqués, elle a jugé bon qu’un travail de fond soit vite fait à ce sujet.

Et cela avant la mise sur pied d’une commission d’enquête ad hoc qui devra être composée des députés compétents à trier aussi  bien au niveau de l’Assemblée provinciale qu’à celui de l’assemblée nationale, afin de faire toute la lumière sur la gestion de fonds générés par l’OEBK. Car, il est inadmissible que  cette entreprise pourvoyeuse des recettes soit même dans l’incapacité de faire réparer le bus qui assure le transport du personnel par manque du carburant !

Plusieurs habitants de la province du Kongo central qui ont  suivi l’économie de cette plénière dans différents médias locaux n’ont pas manqué de saluer le courage et la détermination de l’honorable Thomas Kiakokua pour avoir mis sur la table du bureau de l’Assemblée provinciale la malheureuse  situation que traverse actuellement l’entreprise OEBK et qui semblait  ignorée de l’opinion publique.

Raison pour laquelle plusieurs fils et filles du Kongo central émettent le vœu de voir les décideurs s’y pencher urgemment, afin de trouver des solutions idoines et durables, pour éviter que cette entreprise dont l’importance n’est plus à démontrer puisse davantage sombrer.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?