..."/>

Les enseignants lancent un ultimatum de 7 jours au gouvernement avant d’aller en grève

greve des enseignants de la rdc

Pour ces spécialistes de la craie, il faut rendre effectif le démarrage des travaux de la «commission paritaire gouvernement – ban syndical» et le fonctionnement du comité de crise de la mutuelle de santé des enseignants

La Synergie des syndicats des enseignants de la RD Congo et l’Intersyndicale des enseignants de l’EPSP (Enseignement primaire, secondaire et professionnel), sur demande de tous les spécialistes de la craie de la RD Congo, ont donné un ultimatum de 7 jours au gouvernement pour rendre effectif le démarrage des travaux proprement dits de la commission paritaire gouvernement – ban syndical et le fonctionnement du Comité de crise de la MESP (Mutuelle de santé des enseignants).

Aussi, ces organisations ont invité le Premier ministre à ne pas soutenir un comité de gestion de la MESP, totalement désavoué par les enseignants, qui est juste là pour saigner à blanc les finances allouées à cette mutuelle et qui compromet dangereusement la paix dans le système éducatif congolais.

Tous les enseignants ont été invités à se préparer pour une série d’actions de grandes envergure en vue de contraindre ce comité désavoué et déchu de la MESP à procéder à la remise et reprise avec le comité de crise dirigées par les professionnels de la craie eux-mêmes.

Cet ultimatum a été lancé le 05 octobre dernier à l’occasion de la célébration de la Journée internationale des enseignants, au cours d’une assemblée générale extraordinaire, tenue au Centre Libala Mwinda, au quartier Mososo, dans la commune de Limete, réunissant les enseignants, les membres de la Synergie des syndicats des enseignants ainsi que de l’Intersyndicale des syndicats de l’EPSP.

Plusieurs autres organisations du secteur de l’enseignement s’étaient jointes à cette rencontre qui a été dirigée par le porte-parole du Synecat (Syndicat national des enseignants des écoles conventionnées catholique), Jean-Bosco Puna, qui a d’ailleurs cosigné la déclaration finale de ces travaux avec le porte-parole de l’Intersyndicale, Marcel Niongo. L’assemblée générale a permis l’évaluation des résolutions de la commission paritaire gouvernement–ban syndical et le dossier de la MESP.

Les enseignants se sont montrés déterminés pour récupérer leur mutuelle de santé détenue par des personnes étrangères au  secteur, mais qui dirigent même au-delà de deux mandats fixés par la loi régissant les mutualités. Ils regrettent surtout que la gestion de leur mutuelle de santé soit détenue par le même comité qui, pendant 8 ans, a dilapidé les fonds de cette structure qui s’occupe de la prise en charge médicale des enseignants.

Ces spécialistes de la craie n’arrivent pas à comprendre comment est-ce que des gens qui ne cessent de se distinguer dans la megestion narguent même le gouvernement et la justice, alors qu’il a été établi que la moitie de dépense de la MESP n’est pas appuyée par des pièces justificatives, ne permettant pas ainsi d’établir leur réalité et leur opportunité. Affaire à suivre.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?