..."/>

Loi électorale : Le parti « CNAP » recommande la suppression du seuil de représentativité

ceni logos

Cette formation politique exige également la modification du mode de désignation des magistrats de la Cour Constitutionnelle et des membres du bureau de la CENI, ainsi que leur remplacement par de nouveaux animateurs
Par Marcel Tshishiku

Le parti politique  » Convention Nationale d’Action Politique  » (CNAP) recommande la modification de la loi électorale, en supprimant le seuil de représentativité provinciale et nationale, et l’organisation des élections législatives anticipées au niveau national, provincial et sénatorial en décembre 2020.

Membre du regroupement électoral  » Les Progressistes « , la CNAP a donné cette information dans un communiqué de presse signé par son président national, le professeur Jacques Ebweme Yonzaba, député national honoraire.
Dans ce communiqué, la CNAP présente le condensé de la réunion tenue dimanche dernier par ses comités national et exécutif, en vue d’analyser la situation politique qui prévaut en République Démocratique du Congo, après la publication des résultats définitifs des élections législatives nationales, provinciales et sénatoriales.

Selon le communiqué, la CNAP recommande également la modification du mode de désignation des hauts magistrats membres de la Cour Constitutionnelle, ainsi que du mode de désignation des membres du bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et leur remplacement par de nouveaux animateurs.

Avant de formuler ces recommandations, la CNAP constate qu’au lieu de contribuer aux efforts de paix déployés par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, les hauts magistrats ont plutôt semé, à travers leurs arrêts, la zizanie, perturbé la quiétude sociale et se sont discrédités, jetant ainsi l’opprobre sur toute la Nation congolaise et brisant la cohésion nationale.

Prenant l’opinion tant nationale qu’internationale à témoin, la CNAP fustige aussi la formule  » On gagne ou on gagne  » brandie par un parti de la plate-forme politique dénommée  » Front Commun pour le Congo (FCC), affirmant que cette formule a permis d’ériger la corruption et beaucoup d’autres vices en mode de gouvernance en RD Congo, avec comme conséquence la manipulation des responsables de la CENI, des juges de la Cour d’Appel et ceux de la Cour Constitutionnelle.

Enfin, la CNAP soulève la question de légitimité des actes que posent ces députés nationaux et provinciaux, dont la plupart sont les produits de la formule  » On gagne ou on gagne « .

*

*

Monter

Login

Lost your password?