..."/>

Lors de la 46ème Tribune d’Expression Populaire sur l’Evolution du Processus Electoral organisé par la FENAPHACO : La CENI a expliqué le vote semi-électronique aux personnes handicapées

Scène de vie devant la CENI à Kinshasa, le 06/03/2017. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a expliqué, mardi 12 septembre, le déroulement et la différence entre le vote semi-électronique et le vote électronique, lors de la 46ème Tribune d’Expression Populaire des Personnes Handicapées sur l’Evolution du Processus Electoral en cours en République Démocratique du Congo.
La CENI  a fourni ces explications en la salle de la paroisse Notre Dame d’Afrique à Lemba, une commune de la ville de Kinshasa, par le biais de son directeur en charge de la Sensibilisation, Désiré Molekela, épaulé par le conseiller juridique, Mme Adine Omokoko.

Dans son mot d’introduction, le coordonnateur national de la Fédération Nationale des Associations des Personnes Handicapées du Congo (FENAPHACO) qui a organisé la 46ème Tribune en partenariat avec l’ASBL « Groupe d’Action pour la Défense et la Protection des Droits de l’Homme des personnes handicapées au Congo », a résumé les préoccupations majeures des membres de sa Fédération.

Me Pindu-di-Lusanga Patrick a, en rapport avec le thème du jour « Etat des lieux du processus électoral : la participation des PVH et le vote électronique », indiqué que ces personnes voudraient savoir où on en est-on avec le processus électoral, le calendrier électoral, le respect de la date de la tenue des élections conformément à l’Accord Politique Global et Inclusif de la Saint Sylvestre, le vote électronique, les mécanismes mis en place par la CENI pour que la révision de la Loi sur la répartition des sièges soit programmée au cours de la session parlementaire de septembre 2017, etc.

Le coordonnateur national de la FENAPHACO a, par ailleurs, annoncé l’organisation d’un atelier sur les avantages et les inconvénients du vote électronique. « A l’issue de ces assises, nous allons élaborer un cahier des charges contenant notre avis sur ce mode de vote », a-t-il précisé.

Pour leur part, les personnes vivant avec handicap (PVH) et d’autres participants à la Tribune ont donné, à tour de rôle, des détails sur ses questions auxquelles le conseiller juridique a répondu en se penchant sur les aspects politiques du thème. Mme Adine Omokoko a, vu l’effervescence régnant dans la salle, demandé à ses interlocuteurs de faire preuve de dépassement pour bannir la passion et les préjugés dans le débat.

Dans le même ordre d’idées, le directeur en charge de la Sensibilisation a démontré qu’à travers le vote semi-électronique, la CENI n’est pas une caisse de résonnance de la Majorité Présidentielle (MP) et qu’elle n’a aucunement l’intention de retarder les élections, d’organiser des fraudes, encore moins de chercher à distraire les Congolais. Il a annoncé la tenue, dans les jours à venir, d’une grande campagne de sensibilisation visant à expliquer le déroulement du vote semi-électronique. Enfin, le directeur Molekela a affirmé que, pour que la CENI puisse organiser des élections en temps opportun, il faut un consensus au niveau des acteurs politiques.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?