..."/>

Lors d’un atelier de sensibilisation organisé par le PNUD : L’actualisation du Plan de développement provincial de Kinshasa lancée

Le processus d’actualisation du Plan de développement provincial de la ville de Kinshasa a été entamé lors d’un atelier de sensibilisation des parties prenantes sur le processus d’élaboration du Plan national d’adaptation aux changements climatiques (PNA), organisé du 9 au 10 juillet à Gombe, une commune de la capitale de la République Démocratique du Congo. Dans cette optique, les participants à cette activité  ont suivi, pour la première journée, les exposés ayant trait aux concepts de base des changements climatiques et à la vulnérabilité de la RD Congo face aux effets des changements climatiques, ainsi qu’à la planification de l’adaptation à ces changements.

Sous cette rubrique, le professeur Kamathe a présenté la feuille de route du PNA ; le directeur Pierrot Kasonga a planché sur le processus d’élaboration des plans de développement provinciaux et outils de suivi et évaluation, tandis que Mme Nelly Kankolongo a expliqué l’intégration des priorités de la lutte contre les changements climatiques dans le processus provincial de planification et de budgétisation.

La journée s’est terminée par l’échange d’expériences de l’ASBL  » Je change pour le climat  » et du projet  » PANA/Zone Côtière « . Ces derniers sous-thèmes ont été exposés par Junior Tshiteya et Mme Nyamungu, pour chacune de ces ASBL.

Lors de la deuxième journée, Hans Djamba, coordonnateur du Fonds Vert, a expliqué le financement de l’adaptation aux changements climatiques. Le professeur Kamathe a planché sur  quelques initiatives relatives à l’alignement pour faire progresser le développement résilient face aux changements climatiques. En ce qui la concerne, Mme Nguela s’est appesantie sur l’intégration du genre dans le processus PNA. La dernière intervention de l’atelier a été faite par Doudou Kajangu. Cette intervention a porté sur la communication stratégique pour le processus d’un plan national d’adaptation aux changements climatiques.

La quote-part du Gouvernement de la République

Pour terminer, les participants ont mis à profit le temps réservé au débat pour formuler plusieurs recommandations qui seront d’abord époussetées, puis mises à la disposition des parties concernées. Ils ont insisté, entre autres, sur la nécessité d’impliquer les entreprises installées à Kinshasa dans la lutte contre les changements climatiques ; d’organiser un atelier à l’intention des privés en vue de leur expliquer les questions liées aux changements climatiques ; d’organiser un atelier de sensibilisation aux effets des changements climatiques à l’intention des bourgmestres, chefs des quartiers et des localités ; de vulgariser les lois sur l’hygiène et de réviser certaines dispositions de ces lois devenues  désuètes ; de mener un plaidoyer pour que le Gouvernement de la République libère sa quote-part dans le financement du Programme d’actions national d’adaptation aux changements climatiques (PANA); de doter les services de drainage des cours d’eaux de la ville de Kinshasa de moyens nécessaires à l’assainissement ; de renforcer la résilience des femmes maraîchères aux effets des changements climatiques ; d’intégrer au moins 5% du budget provincial dans la lutte contre ces effets ; d’intensifier les campagnes de sensibilisation sur les effets des changements climatiques ; d’intégrer les notions sur les changements climatiques dans le cursus et programmes scolaires, dans les églises, les marchés…

La cérémonie d’ouverture des travaux de cet atelier organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a été marquée par les allocutions des secrétaires généraux à l’Environnement et Développement Durable, d’une part, et au Plan, d’autre part.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?