..."/>

Lutte contre la malaria en RDC : L’Assemblée nationale finalise les mesures de réduction des taxes et tarifs des antipaludiques

malaria

Les députés nationaux membres des commissions économiques, financières et contrôle budgétaire (ECOFIN) et socioculturelle de l’Assemblée nationale s’attèlent, depuis hier jeudi, à identifier et à définir les instruments juridiques, fiscaux et financiers en rapport avec les recommandations sur la suppression des taxes et tarifs sur les intrants antipaludiques, dans le cadre de la politique nationale de lutte contre le paludisme.

Les élus du peuple s’adonnent à cet exercice au cours des travaux du 3ème atelier de plaidoyer organisé du 18 au 20 mai, sur la suppression des taxes et tarifs des intrants antipaludiques en Républiques Démocratique du Congo, par le secrétaire général à la Santé, en collaboration avec le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) et d’autres partenaires du secteur, à savoir UKAID, ASF et PSI.

Ils tâcheront également de mettre en place le comité de suivi des recommandations sur la suppression des taxes, droits et redevances à l’importation et à l’acquisition de ces intrants.

Dans son discours d’ouverture de l’atelier, le rapporteur de la commission ECOFIN a expliqué que la République Démocratique du Congo se classe parmi les pays les plus affectés par le paludisme à travers le monde, avec 15 397 717 cas répertoriés en 2016, dont 33 997 décès.

« Pourtant, la RD Congo est le pays qui taxe le plus sur les antipaludiques », a enchaîné le rapporteur Eholo Norbert.
Pour sa part, le représentant du ministre de la Santé publique a rappelé les indications du Plan stratégique national contre le paludisme 2016-2020 et les engagements pris par les pays africains en 2 000 à Abuja, au Nigeria, dans le cadre de la lutte contre le paludisme.

Après cette cérémonie d’ouverture, les députés nationaux ont suivi un exposé sur les progrès atteints dans la lutte contre le paludisme à travers le continent noir, depuis les engagements d’Abuja, et les avancées significatives au Congo Démocratique, où le Plan stratégique national 2016-2020 demeure un des défis majeurs à relever.

Les trois axes de ce plan sont notamment la prévention, la prise en charge des cas et le renforcement de la surveillance, dont le but est de réduire d’au moins 40% la morbidité et la mortalité palustres, comparativement à l’année 2015.

Si les deux premiers ateliers ont permis à la RDC d’élaborer une feuille de route pour la  réduction des taxes et tarifs des antipaludiques, le présent atelier vise à arrêter des mesures exécutoires destinées à rendre effective cette réduction.

A l’instar des pays tels que le Botswana, le Malawi, la Namibie, le Zimbabwe, le Rwanda et la République du Congo (Brazzaville), la RD Congo est appelée à assurer la réduction, avant d’arriver à la suppression totale de ces taxes et tarifs.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?