..."/>

Machine à voter :Kamerhe et Bazaïba méfiants, la Monusco tient au consensus électoral

Kamerhe et Bazaïba

Le processus électoral et la machine à voter font partie des sujets débattus  au cours  des échanges intervenus hier jeudi 22 février à la CENI. Le président de l’UNC et la secrétaire générale du MLC se méfient encore de la machine à voter, pendant que l’actuelle représentante spéciale du Secrétaire général des Nations-Unies tient au consensus électoral pour éviter une période postélectorale de turbulence.

Le premier à être reçu avec sa délégation de son parti,  Vital Kamerhe, a fait savoir que la date du 23 décembre 2018, prévue pour la tenue des élections combinées présidentielle, législatives nationales et provinciales, ne doit pas être dépassée. Il a, en outre, relevé la préoccupation lui transmise par le président Corneille Nangaa en rapport avec la présentation du projet de loi de répartition des sièges prévue le 26 mars prochain au niveau du parlement.

La délégation de l’UNC a par ailleurs visité le serveur central de la CENI, question de se rassurer qu’il est vide sans des données d’un quelconque candidat. Il s’est fait aussi expliquer le travail sur la consolidation du fichier électoral. Le président Vital Kamerhe n’a pas manqué d’insister sur le fait que lui et son parti ne sont pas encore convaincus de l’utilisation de la machine à voter pendant les échéances électorales du 23 décembre 2018, au risque de créer de problèmes et tensions dans le pays.

De son côté, la secrétaire générale du MLC a abondé dans le même sens concernant la machine à voter, en plaidant pour le maintien de l’utilisation des bulletins de v comme lors des élections précédentes. Elle n’a pas été d’accord avec des arguments avancés par la CENI sur la rationalisation du processus électoral et s’oppose à l’usage de la machine à voter.

Le bureau de la CENI a aussi échangé, ensuite, avec la nouvelle patronne de la MONUSCO (Mission de l’Organisation des Nations-Unies pour la Stabilisation du Congo), Leila Zerrougui, dans le cadre du premier contact. La Représentante des Nations-Unies a émis le vœu de voir la confiance être construite avec tous les partenaires au processus électoral; le gouvernement, les partis politiques et autres afin d’organiser les meilleures élections pour la joie du peuple congolais.

Le consensus électoral reste le maitre-mot, pour Zerrougui Leila, qui a tenu à transmettre ce message au Président de la CENI qui était entouré  de certains de ses collègues; le vice-président Norbert Basengezi, le rapporteur Jean-Pierre Kalamba, le rapporteur adjoint Onésime Kukatula et d’autres membres de l’Assemblée plénière de cet organe électoral.

Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?