..."/>

Mbanza-Ngungu : Le bandit «Urbain» enfin dans le filet de la police

Mbanza-Ngungu

L’insécurité est encore loin d’être vaincue sur l’ensemble de la province du Kongo Central, où il ne se passe pas une  semaine sans que l’on y enregistre des cas de vols ou d’assassinats perpétrés par des «hors-la-loi» qui se recrutent aussi bien parmi les civils que parmi des hommes en uniforme. Et cela, en dépit des efforts fournis par les services de l’ordre pour décourager les auteurs de ces actes répréhensibles.
Cette insécurité qui n’épargne personne constitue pour l’heure l’une des préoccupations majeures du gouvernement provincial qui a donné les moyens nécessaires, en charroi automobile et en finances, à la police en vue permettre à cette dernière de traquer tous ces malfrats qui sèment la mort et la désolation au sein la population.

Ces malfrats devant être mis à la disposition des juridictions compétentes afin qu’ils répondent de leurs actes.
Ces efforts commencent à payer. Pour preuve, le bandit de grand chemin surnommé  «Urbain»,  auteur de nombreux forfaits,  est tombé, le week-end dernier, dans le filet de la police. C’était au niveau du parking de Kimbala, à Kisantu, une entité située à 245 Km à l’Ouest de Matadi, capitale de la province du Kongo Central, que ce criminel a été appréhendé.

Ce coup de filet a été rendu possible grâce à l’opération «Effacer le tableau», initiée  par le Commissariat territorial de la police de Mbanza-Ngungu sous la supervision du Commissaire supérieur principal Alphonse Mbuyamba qui s’emploie à lutter contre l’insécurité.
Un fléau qui ne cesse de prendre des proportions inquiétantes dans cette partie de la province du Kongo Central, où la population vit au jour le jour dans la peur des inciviques sans foi ni loi.

La nouvelle de l’arrestation de ce fameux bandit a été accueillie avec joie par les habitants du territoire de Mbanza-Ngungu qui ont émis le souhait de voir ce malfrat subir cette fois-ci la rigueur de la loi                                                             dans une des maisons carcérales de la province.
Car, chaque fois que criminel était arrêté, il finissait par être libéré, au grand étonnement des habitants qui le voyaient sillonner encore les principales artères de Mbanza-Ngungu,  défiant ainsi ses nombreuses victimes.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?