..."/>

Michel Bachelet proposée à la tête du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies :

Michel Bachelet à la tête du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies

L’ancienne présidente chilienne pourra remplacer le Jordanien Prince Zeid Ra’ad Al Hussein dont le mandat expire a la fin du mois d’Août

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guteress, a proposé le nom de Mme Michel Bachelet en remplacement du Prince Zeid Ra’ad Al Hussein, Haut–commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme dont le mandat expire à la fin du mois d’Août 2018. Le chef de l’ONU a proposé le nom de l’ancienne présidente chilienne mais le dernier mot revient à l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Premier arabe à occuper ce poste prestigieux du Haut–commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme, Prince Zeid Ra’ad Al Hussein était au four et au moulin durant son mandat et avait effectué une visite de travail en RDC pour s’enquérir de la situation des droits humains sur terrain.

Lors de l’ouverture de la 37ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève, le chef des droits de l’homme de l’ONU, le Prince Zeid Ra’ad Al Hussein, avait  qualifié d’ « abattoir humain » la situation des droits de l’homme en RDC, Syrie et au Yémen.

Son passage à cette instance prestigieuse  des Nations Unies en charge de défense et promotion des droits humains basée à Genève, en Suisse, était remarqué par ses réactions aux violations des droits de l’homme à travers le monde.

S’agissant de la RD Congo, le Haut-commissaire des Nations Unies aux Droits de l’homme, Prince Zeid Ra’ad Al Hussein,  déplorerait comme tout le monde les répressions sanglantes des manifestations pacifiques organisées le 31 décembre 2017, le 21 janvier et le 25 février 2018 par les laïcs catholiques et des organisations de la société civile pour exiger la tenue des élections et la fin de la dictature. Une répression attribuée aux forces de sécurité du régime de Kinshasa.

Lors de la 38ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, le Prince Zeid Ra’ad Al Hussein avait présenté un rapport accablant Kinshasa sur les violences au Kasaï, rapport rédigé par l’équipe des experts qu’il avait nommés pour enquêter sur les allégations des violations des droits de l’homme par les forces gouvernementales dans la région.

Bien qu’ancienne présidente de la République, nous osons croire que Mme Michel Bachelet suivra le pas de son prédécesseur en étant ferme et catégorique devant les Etats violateurs des droits de l’homme.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?