..."/>

Mont-Ngafula, Le bourgmestre Olivier Saya avertit: «l’opération Kin-Bopeto ne doit souffrir d’aucune entrave» !

«L’opération Kin-Bopeto  initiée par le nouveau gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngombila, ne peut souffrir d’aucune entrave». La déclaration est du bourgmestre Olivier Saya de Mont-Ngafula, qui a relevé que cette opération de «Kin Bopete» a été lancée officiellement afin de permettre l’assainissement de l’environnement urbain sur l’ensemble de la capitale congolaise.

Surtout que les habitants de Mont Ngafula ont été associés à cette opération, afin de mettre la main à la pâte.
A l’occasion du lancement de l’opération «Kin-Bopeto» désormais effective dans cette partie de la capitale, on a vu  certains tenanciers de restaurants, garages, bars, terrasses, cabines téléphoniques et boutiques assister impuissamment face à la démolition de leurs kiosques et étalages de fortune.

Instructions fermes du gouverneur

Pour l’autorité municipale Olivier Saya : «nous avons reçu des instructions ferme du n°1 de la ville de Kinshasa en ce qui concerne la propreté de nos municipalités. C’est ce qu’il a appelé, lui-même, «Kinshasa bopeto. Nous voulons seulement rendre Kinshasa visible et confortable». «Nous exécutons les instructions du gouverneur de la ville, et il faut que Kinshasa soit revêtue de sa nouvelle robe d’antan», a-t-il encore déclaré.

Interdiction formelle de faire le commerce sur la voie publique

Pour sa part, Mme Lili Tambwe, commissaire principale de la police dans la commune de Mont-Ngafula, a appelé la population de son entité à observer les instructions de l’autorité de la ville. «Nous disons à la population qu’il est interdit de faire le commerce sur la voie publique, et nous allons démolir tous les hangars», a-t-elle averti. Aussi, les espaces récupérés devront servir à l’embellissement de la ville de Kinshasa.

Des interrogations demeurent

Tout en saluant l’initiative prise par le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa qui va dans le sens de rendre Kinshasa visible et confortable, des observateurs avertis se posent toutefois la question de savoir si l’autorité provinciale a les moyens de sa politique.

Cette interrogation se justifie par le fait qu’à Kinshasa, c’est devenu une habitude pour chaque nouveau gouverneur de lancer une opération du genre juste après sa prise des fonctions. Mais souvent l’opération lancée s’arrête à mi-chemin. Les Kinois se souviennent de nombreuses opérations lancées par des gouverneurs qui se sont succéder à la tête de Kinshasa, le cas de «Coup de point», et autres.

Ces différentes opérations, selon les observateurs, n’ont jamais produit de bons résultats à cause notamment du manque de suivi.

Par Thony Kambila

*

*

Monter

Login

Lost your password?