..."/>

MONUSCO : les USA s’activent pour placer un ancien émissaire d’Obama

???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

Tom Perriello a été la bête noire de l’ex MP à cause des positions tranchées contre l’ancien Président Joseph Kabila qu’il accusait de bloquer le processus électoral
Par GKM

Le soutien du gouvernement américain au Président Félix Antoine Tshisekedi reste intact. Une source onusienne basée à New–York indique que la diplomatie américaine s’active pour que l’ancien émissaire d’Obama dans la Région des Grands Lacs Africains, Tom Perriello, puisse être nommé à la tête de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) en remplacement de l’Algérienne Leila Zerrouigui arrivée à la tête de la Mission onusienne au début de 2018 pour prendre la place du Nigérien Maman Sidikou qui était fin mandat le 30 janvier 2018.

Tom Perriello a joué un rôle important pour l’alternance en RDC alors qu’il était émissaire d’Obama dans la Région des Grands Lacs Africains. Une fois à la tête de la MONUSCO, les observateurs estiment que Tom Perriello pourra s’impliquer pour neutraliser les groupes armés actifs dans la partie Est du pays qui sèment la terreur et la désolation au sein de la population.

Ce diplomate américain prenait des positions dures contre le régime de l’ancien président Joseph Kabila qu’il accusait d’être à la base du blocage du processus démocratique en RDC. Interrogé sur BBC Afrique en octobre 2016, Tom Perriello avait affirmé que les Congolais désiraient l’organisation de l’élection présidentielle qui pourrait constituer la première transition démocratique dans l’histoire du pays.
«C’est une opportunité historique.

Il y a eu beaucoup de  frustrations parce que le gouvernement ne respecte pas les termes de la constitution qui exige la convocation de la présidentielle, vu que le mandat de Joseph Kabila prend fin en décembre de cette année », disait Tom Perriello.  Ces positions ont couté cher à Tom Perriello qui a été agressé à l’aéroport international de N’Djili à Kinshasa par des partisans de l’ancien président Joseph Kabila.

Fin diplomate

Ancien envoyé spécial américain pour la région des Grands Lacs d’Afrique, Tom Perriello était encore représentant spécial pour l’Examen du plan quadriennal de la diplomatie et du développement (Quadrennial Diplomacy and Development Review – QDDR). Perriello a été auparavant représentant de la Virginie au Congrès des Etats-Unis, conseiller spécial du procureur du Tribunal spécial pour la Sierra Leone, spécialiste des conflits et PDG du Center for American Progress Action Fund. Il a travaillé et dirigé des recherches dans une dizaine de pays et donné des cours sur la justice transitionnelle à la faculté de droit de l’université de Virginie et à l’université de Sierra Leone.

Ce diplomate a été élu à la Chambre des représentants des Etats-Unis par le 5ème district de Virginie. Il a été membre de la commission des affaires des anciens combattants et a reçu des distinctions de l’Iraq and Afghanistan Veterans Association.  Il est l’un des membres fondateurs du groupe de travail sur la sécurité nationale de l’ancien chef de la majorité à la Chambre, Steny Hoyer, et a reçu le prix annuel du Truman National Security Project pour sa direction avisée dans le domaine de la politique étrangère. Par ailleurs, il a énergiquement défendu l’adoption d’une stratégie nationale pour les questions énergétiques et climatiques.

En dehors de ses fonctions gouvernementales, Tom Perriello a cofondé et dirigé des projets d’entrepreneuriat social et des organisations confessionnelles œuvrant en faveur des droits de l’homme, de la réduction de la pauvreté et de la durabilité. Il a soutenu les processus de paix en Sierra Leone et au Darfour et s’est rendu régulièrement en Afghanistan pour y effectuer des recherches sur la justice et la sécurité.
Depuis le début de l’année 2011, il a mené des études sur le terrain et des analyses concernant les mouvements et les dirigeants réformistes en Egypte et ailleurs au Moyen-Orient de façon indépendante et comme conseiller politique du Center for American Progress.

En janvier 2017, Tom Perriello a fait son retour en politique et s’est présenté à l’élection du gouverneur de Virginie, pour succéder au démocrate Terry McAuliffe qui soutient son lieutenant-gouverneur Ralph Northam. Soutenu par l’aile gauche du Parti démocrate et Bernie Sanders, Perriello est battu par Northam (44 % des voix contre 56 %). Il est s’engagé alors pour le comité d’action politique Win Virginia et fait campagne pour reconquérir la Chambre des délégués de Virginie dominée par les républicains (66 sièges contre 34).
Originaire de Charlottesville en Virginie, Tom Perriello est diplômé du Yale College et de la faculté de droit de Yale.

*

*

Monter

Login

Lost your password?