..."/>

Nord-Kivu : l’épidémie d’Ebola déclarée à Beni

Epidémie d’Ebola

Le ministre de la Santé Publique Oly Ilunga a, dans un communiqué de presse publié le 1er août 2018, fait le point de la situation épidémiologique dans la province du Nord-Kivu. Il a renseigné que le samedi 28 juillet, la Division provinciale de la Santé du Nord-Kivu a notifié au Ministère de la Santé vingt-six cas de fièvre avec des signes hémorragiques, dont vingt décès dans l’aire de santé de Mangina située dans la zone de santé de Mabalako, territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Six échantillons prélevés chez des patients hospitalisés sont arrivés à Kinshasa le mardi 31 juillet 2018 et ont été analysés par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB). De ces six échantillons, quatre se sont révélés positifs à la maladie à virus Ebola. Le séquençage est en cours à l’INRB afin d’identifier la souche du virus.

Notons que tout juste une semaine après avoir annoncé la fin de la neuvième épidémie de la maladie à Virus Ebola dans la province de l’Equateur, la République Démocratique du Congo fait face à une nouvelle épidémie. A ce stade, rien n’indique que ces deux épidémies, séparées de plus de 2.500 km, soient liées.

La maladie à virus Ebola étant endémique dans plusieurs régions du pays en raison de l’écosystème de la forêt équatoriale, que le Ministère de la Santé avait déjà renforcé son système de surveillance épidémiologique dans toutes les zones à risque, dont le Nord-Kivu, a affirmé le communiqué de presse.

«Bien que nous ne nous attendions pas à devoir faire face à une dixième épidémie aussi tôt, la détection du virus est un indicateur du bon fonctionnement du système de surveillance mis en place par la Direction générale de lutte contre la Maladie», pouvons-nous lire dans le document.

Selon la source, une équipe de douze experts du Ministère de la Santé basée à Kinshasa arrive aujourd’hui à Béni afin de mettre en place les différentes composantes de la riposte. Il s’agit de laborantins, d’épidémiologistes, de cliniciens psychologues et de médecins pour la prise en charge médicale. Cette équipe sera dotée d’un laboratoire mobile de l’INRB et des équipements de protection individuelle.

A travers ce communiqué, le ministre Ilunga invite les populations, particulièrement celles du territoire de Béni et des aires voisines, à garder leur calme et à rester dans leur zone de santé afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge adéquate et des traitements en cours d’acheminement. En plus, des molécules thérapeutiques sont déjà disponibles dans le pays. Les comités éthique et scientifique, affirme le ministre, détermineront les traitements curatifs et préventifs les plus appropriés pour cette dixième épidémie.

Par Tantia Sakata

*

*

Monter

Login

Lost your password?