..."/>

OLPA rend hommage aux journalistes congolais

Olpa

L’organisation attend cependant l’avènement d’une presse véritablement quatrième pouvoir conformément à la promesse de Fatshi

La communauté internationale célèbre ce vendredi 3 mai 2019 la Journée internationale de la liberté de presse.  Le thème retenu en 2019 est « le rôle des médias dans les élections et la démocratie ».  Pour  l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), cette journée revêt une double signification : la commémoration de la journée mondiale de la liberté de presse et la célébration de son quinzième anniversaire d’existence.

En marge de cette journée historique pour les journalistes à travers le monde,  le Comité exécutif de l’OLPA rend un vibrant hommage aux professionnels des médias et encourage ces derniers à redoubler davantage d’efforts pour défendre cette liberté essentielle en vue de la consolidation de la jeune démocratie congolaise.

Cette célébration de la journée du 3 mai dont le thème au niveau national est « Médias comme 4ème pouvoir en RDC : quel type de journalisme ? » constitue également pour OLPA l’occasion de rendre un vibrant hommage aux professionnels de la presse exerçant sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC) pour leur apport non négligeable au bon déroulement des échéances électorales en 2018, lesquelles ont abouti à une passation pacifique et civilisée du pouvoir, le 24 janvier 2019.

Malgré les conditions de travail précaires, OLPA salue le professionnalisme dans la collecte, le traitement et la diffusion des informations dont ont fait montre les journalistes et les médias au cours de ces dernières années, en vue de permettre à la population de s’informer objectivement. Malgré les bavures (coupure de signal, coupure de connexion internet, arrestations, intimidations, pressions administratives), les journalistes et les médias ont fait preuve de courage et de détermination.

Le Comité exécutif de l’OLPA les exhorte à ne ménager aucun effort pour garder cet élan et améliorer davantage la qualité de leur travail.  Le rôle des médias dans les élections et la démocratie est un thème évocateur et aussi adapté à la situation sociopolitique en RDC, où le processus électoral poursuit son bonhomme de chemin après l’installation progressive des institutions issues des urnes. Il est important de souligner que les médias ne peuvent jouer pleinement leur rôle, sans l’implication des  pouvoirs publics.

Faire de la presse un « véritable quatrième pouvoir »

L’occasion faisant le larron, les membres du Comité exécutif de l’OLPA saluent, à juste titre, l’engagement ferme pris par Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République, lors de son investiture le 24 janvier 2019, de faire de la presse un « véritable quatrième pouvoir ». Un engagement dont la corporation attend la matérialisation de pied ferme, tout en émettant de crainte que cela ne se révèle comme un slogan creux.

Pour permettre à la presse de jouer pleinement son rôle aux côtés de trois autres pouvoirs traditionnels, il est nécessaire que des mesures courageuses soient prises dans un délai relativement court par les autorités du pays, note Me Alain Kabongo, secrétaire exécutif de l’OLPA.

OLPA salue les premiers signaux positifs lancés par le Président de la République, principalement la réouverture inconditionnelle des médias de la province du Haut-Katanga fermés illégalement depuis plusieurs années, la décision de fermeture des cachots ne dépendant pas des Parquets à l’instar de ceux de l’Agence nationale des renseignements
(ANR), l’accès à la chaîne publique RTNC (Radiotélévision nationale congolaise) des autres courants politiques. La décrispation dans le secteur des médias conformément à l’Accord politique du 31 décembre 2016 semble être sur le bon chemin, mais beaucoup reste à faire.

Le Comité exécutif de l’OLPA recommande au Président de la République de prendre des mesures adéquates pour une décrispation effective dans le secteur médiatique congolais conformément à l’Accord du 31 décembre 2016. Fatshi est prié d’abolir le Ministère de la Communication et médias dans le prochain gouvernement, afin de permettre au Conseil supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) de jouer pleinement son rôle.  Le Chef de l’État congolais est appelé à matérialiser son engagement de faire des médias un véritable quatrième pouvoir par la prise en compte des problèmes des médias dans son prochain programme d’urgence.

Les  Parlements national et provinciaux sont invités à examiner et à adopter les propositions des lois sur l’accès à l’information, sur la communication audiovisuelle et celle fixant modalités d’exercice de la liberté de presse, d’adopter des édits pour soutenir le travail des journalistes et des médias dans les provinces, de présenter dans un délai relativement court à la plénière de l’Assemblée nationale de nouveaux membres du Conseil supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) désignés conformément à la loi.  OLPA recommande aux professionnels de la presse travaillant en République démocratique du Congo de respecter le Code d’éthique et de déontologie professionnelle ainsi que les lois du pays.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?