..."/>

Pour éviter une réplique suicidaire : Le FCC appelé à la grande prudence

felix à londres devant la diaspora

Comme un ballon d’essai, l’article 165 de la Constitution rappelé par la Présidente de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda, ne résiste pas devant le 69 de la même Loi suprême
Par MKM

Le message livré le dimanche 19 janvier par le Président de la République à Londres au cours d’un échange avec la communauté congolaise vivant dans cette partie de l’Occident suscite des commentaires en sens divers. La toile s’est sérieusement enflammée ; tout le monde est devenu spécialiste en Droit pour émettre un point de vue.

Des sources concordantes ont rapporté à La Tempête des Tropiques que les bonzes du Front commun pour le Congo, FCC en sigle, multiplient des réunions pour voir comment réagir aux propos tenus par Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo au Royaume-Uni où il a séjourné dans le cadre de la rencontre « UK–Africa Investment » avant l’étape de Davos en Suisse pour le forum économique mondial. Mais le mot placé hier mardi 21 janvier par la Présidente de l’Assemblée nationale dans le cadre de la présentation des vœux avec les membres de la presse nationale et internationale constitue en fait un ballon d’essai, pratique bien d’usage au sein du FCC.

Même si avant elle, d’autres personnes bien étiquetées de cette famille politique multiplient des prises de position contre les derniers propos de Fatshi (Félix-Antoine Tshisekedi). Jeannine Mabunda Liyoko Mudiayi s’est attardée sur l’article 165 de la Constitution en guise de réaction à l’intention prêtée au Président de la République de dissoudre le Parlement.

La disposition brandie mardi ne résiste pas à une autre, l’article 69 qui demande au « Garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté nationale et du respect des traités et- accords internationaux » d’assurer par son arbitrage le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la continuité de l’Etat.

En sa qualité de Président de la République et de Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi représente la nation et il est en même temps le symbole de l’unité nationale. Il est reconnu, d’après maints observateurs, au Président de la République le pouvoir d’intervenir dans le fonctionnement régulier des institutions en vue de rétablir l’équilibre.

De toute façon, Fatshi a dit ne pas voir justement une crise persistante entre le gouvernement et le parlement, susceptible d’entrainer la dissolution de l’Assemblée nationale, en sa qualité de garant du fonctionnement des institutions. Mais le Président de la République et Chef de l’Etat peut en arriver là, si jamais on le pousse à cet acte.
C’était de cette manière qu’il s’était exprimé devant la diaspora congolaise de Londres. D’autres points ont été aussi abordés sans soulever autant de passions.

En homme politique averti, Félix-Antoine Tshisekedi a livré un message clair au regard du constat qu’il a fait sur différents actes posés par ses partenaires de la coalition, en vue de favoriser la cohésion et l’harmonie. Fort de sa majorité à  tous les niveaux des institutions parlementaires, le FCC se permet un triomphalisme inquiétant pour le bon fonctionnement du pays.

Aux poulains de Joseph Kabila Kabange de bien se comporter en conséquence pour éviter une crise à la Nation qui n’en a pas besoin.

*

*

Monter

Login

Lost your password?