..."/>

Pour traduire en actes la volonté de changement prôné par le nouveau pouvoir en RDC : Un Conseiller anti-corruption réclamé dans l’entourage de FATSHI

Conseiller anti-corruption réclamé dans l'entourage de FATSHI

Porté à bras le corps par le peuple congolais depuis son avènement, le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo fait son bonhomme de chemin en essayant de faire avancer la lourde machine de l’État vers les objectifs majeurs qu’il s’était fixé.

En relisant le discours d’investiture de ce dernier, on constate avec bonheur que le Chef de l’État congolais n’avait rien oublié en appréhendant son programme d’action. Il était parti de l’amélioration du vécu quotidien du peuple à la sécurisation de personnes et de leurs biens en passant par la lutte contre la corruption, le détournement de deniers publics et l’exploitation illicite de ressources naturelles du pays.

Le monde entier avait suivi avec une attention soutenue l’engagement du Président de la République de faire oublier les tares ayant terni l’image de la RDC dans le passé et sa volonté réitérée de faire de son pays la plaque tournante de l’Afrique dans tous les domaines.
Mais pour les puissances occidentales, le point le plus marquant du discours d’investiture de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est celui axé sur la lutte contre la corruption qui gangrène son pays.

Il nous revient que pour avoir fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille, le Président est effectivement approuvé par de hautes instances internationales dont, en première ligne, le Fonds Monétaire International qui a consenti de rentrer très bientôt en programme avec la RDC. De même un signal fort est venu juste après celui du Président des Etats-Unis d’Amérique, M. Donald Trump qui ne cesse d’encourager FATSHI à continuer les efforts entrepris jusqu’ici sur la voie de la bonne gouvernance !

Des critiques acerbes…

Mais sur cette voie de renouveau, quelques obstacles ne cessent de se manifester au risque d’hypothéquer les efforts entrepris. En effet, des critiques se font jour de plus en plus au sein de l’opinion publique intérieure et extérieure concernant l’absence criante d’un conseiller anticorruption dans l’entourage du Président Félix Tshisekedi. S’agirait-il d’un oubli dû à la faiblesse humaine ou tout simplement d’un acte délibéré, stratégique ?

Une poudre de chasse mouillée

Il y a lieu de souligner en passant que le prédécesseur de l’actuel Chef de l’État avait noté sur son plan de gouvernement la nécessité impérieuse de lutter contre la corruption. Et dans la mise en œuvre de ses stratégies de combat, l’ancien président avait nommé un cabinet dont la mission consistait à enquêter sur des cas présumés de corruption sur des personnes supposées corrompues avec cette possibilité qu’il y avait de traduire celles-ci en justice !

Pour mener à terme cette délicate et difficile mission, le prédécesseur de Félix Tshilombo avait nommé à la tête dudit cabinet le Professeur Luzolo Bambi. Pendant de longs mois ce dernier s’était même échiné à monter des dossiers sur de nombreux cas de corruption identifiés et documentés. Mais toutes ses initiatives ont eu l’effet d’une poudre de chasse mouillée jusqu’à la veille de l’investiture du précité.

Pourquoi la lutte contre la corruption menée en RDC sous la direction de Luzolo Bambi s’était-elle arrêtée en si bon chemin ? D’après les informations à prendre avec toutes les réserves d’usage, l’équipe d’enquêteurs dirigée par Luzolo Bambi avait été convaincue de ne pas poursuivre sa mission parce que celle-ci était à tout point semblable à une tentative de suicide collectif !

Avec le vent de changement suscité par l’arrivée au pouvoir de Félix Antoine Tshisekedi, nombreux sont les Congolais qui attendent de voir celui-ci relancer de plus belle la lutte contre la corruption en RDC. Et cette lutte tant souhaitée devrait commencer par la nomination d’un conseiller anti-corruption au cabinet du nouveau Chef d’Etat congolais.

Ne pas le faire hic et nunc serait prêter le flanc à ceux qui doutent encore de la volonté réelle du nouveau régime de redorer l’image de la RDC en matière de lutte contre la corruption et contre les autres maux hérités de l’ancien système.

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?