..."/>

Programme du Gouvernement : des améliorations réclamées

Assemblée nationale presentation du gouvernement Ilunga Ilunkamba photo prise par Erick Ks

A travers son député Juvénal Munubo, le CACH décrie l’absence des mécanismes d’intégration du programme des 100 jours du président de la République
Par Marcel Tshishiku

La plateforme politique  » Cap pour le Changement  » (CACH) a relevé, hier mardi 3 septembre, des points négatifs observés dans le programme d’action du Gouvernement de la République Démocratique du Congo. Le CACH s’est ainsi exprimé par l’entremise du député national, Juvénal Munubo Mubi, porte-parole de son groupe parlementaire, lors de la séance plénière consacrée à l’audition du discours programme du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Parmi ces points faibles, le CACH a indiqué qu’il ne voit pas comment le Premier ministre va intégrer le programme des 100 jours du président de la République dans le programme d’action du Gouvernement. Le CACH a également reproché à Sylvestre Ilunga Ilunkamba de n’avoir pas effectué le diagnostic de la situation économique du pays et de n’avoir pas évoqué la problématique du salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG), la configuration politique existante du pays, les objectifs du programme de son Gouvernement qui, de son avis, ne sont pas définis ; le chronogramme d’exécution des différents plans d’action, les données chiffrées, la matrice d’indicateurs de performance etc.

Il a, néanmoins, reconnu des points positifs du programme présenté par le Premier ministre, dont le plan directeur d’industrialisation… et appelé l’Assemblée Plénière à voter pour ledit programme, moyennant amendements. Pour sa part, le député Henri-Thomas Lokondo a expliqué que le manque de sanctions et de contrôle rigoureux constitue la cause principale de l’échec de différents Gouvernements que le Congo Démocratique a connus depuis son accession à l’indépendance nationale. Il a donc recommandé à Sylvestre Ilunga Ilunkamba d’avoir le courage politique de mettre en œuvrer son programme d’action, sans céder aux pressions et intimidations.

L’opposition parlementaire a boycotté le débat

Avant ce débat, le député national Eliezer Tambwe a sollicité et obtenu une motion d’ordre pour demander à ses collègues membres de l’Assemblée Nationale de rejeter ce programme. Il a justifié sa requête par le fait que le texte distribué aux élus du peuple était différent du texte lu par le Premier ministre devant l’Assemblée Plénière. Cette dernière a purement et simplement rejeté la motion.
Mécontents de ce rejet, les députés membres de l’opposition parlementaire ont quitté la salle des Congrès du Palais du Peuple, laissant leurs collègues de la coalition CACH-FCC poursuivre le débat sur le programme du Gouvernement.

Un délai de 48 heures pour répondre aux préoccupations des députés

Débuté à 19 H 30′, ce débat devait durer 190 minutes, soit 3 H 10′, réparties entre 44 intervenants. Il a été cependant interrompu suite à une motion incidentielle et le Bureau de l’Assemblée Nationale a accordé au Premier ministre un délai de 48 heures pour répondre aux préoccupations des députés.

Ce programme d’action est axé sur 15 piliers liés à la pacification du pays et promotion de la réconciliation et de la cohésion nationale ; au renforcement de l’autorité de l’Etat de droit et de la démocratie ; à la redynamisation de la diplomatie ; à la lutte contre la corruption et les crimes économiques ; à l’amélioration de la gouvernance dans la gestion des ressources naturelles…

*

*

Monter

Login

Lost your password?