..."/>

Provenant du post frontalier de Lufu, dans le Kongo-Central : Les produits brassicoles angolais, une menace pour les brasseries de Kinshasa

????????????????????????????????????

Les boissons comme Cuca, XXL, Doppel, Gaivota, Tropicana, Samarino et autres de plus en plus consommés par les Kinois!

Le marché kinois, pour ne pas dire congolais, est de plus en plus envahi par les produits brassicoles en provenance d’Angola, par le biais du poste frontalier de Lufu, dans la province du Kongo-Central.

C’est presque chaque jour que des véhicules pleins de ces produits brassicoles angolais arrivent à Kinshasa pour être déversés sur le marché.

Très prisés pour le moment, ces produits brassicoles mettent en difficultés les brasseries à Kinshasa, même dans certaines provinces de la RD Congo. Le cas du Kongo-Central, où la Bralima-Boma est en train de fermer ses portes déjà partir de ce 1ère décembre 2016, selon un communiqué daté du 26 octobre dernier publié par cette brasserie.

La fermeture de la Bralima-Boma sera un véritable coup dur pour les villes de Boma et Matadi, ainsi que certaines villes voisines, obligées de s’approvisionner désormais à partir de Kinshasa par route ou par voie ferrée.

Maintenant que la direction générale de cette brasserie décide de fermer, ce sont de nombreux agents qui vont être envoyés au chômage pour un pays déjà en difficultés sur le plan économique et social.

Les produits brassicoles qui proviennent d’Angola ont la particularité de se vendre moins cher à Kinshasa où les consommateurs vantent la qualité fine de ces boissons.

Parmi ces boissons, il faut citer les bières comme Cuca, Doppel emballées dans de petites bouteilles, le vin Gaivota et la liqueur Samarino, ainsi que les boissons sucrées et énergisantes comme Tropicana, Coca, Fanta, et autres XXL, pour la plupart contenues dans des canettes.

A l’allure où vont les choses, il faut craindre que des sociétés brassicoles comme Bralima et Bracongo puissent avoir des difficultés pour écouler leurs produits. Surtout que la plupart des Kinois optent de plus en plus pour ces boissons venant d’Angola.

Une activité qui, apparemment, semble aussi être intéressantes pour les commerçants amenant ces produits du poste frontalier de Lufu.

Ce poste frontalier asphyxie l’industrie locale.

Car,
déjà, dans d’autres secteurs, il se pose aussi des problèmes. La Cilu (Cimenterie de Lukala) menace d’envoyer pour la deuxième une partie de son personnel en congé technique.

Elle qui avait dégraissé ce même personnel de 500 agents à plus de 270. Pour le moment, plus de 100 agents doivent aller en congé technique, selon les sources de cette société.

Parmi les raisons avancées par la Cilu, la difficulté de d’écouler sa production sur le marché face à une concurrence très visible des produits venant d’Angola et d’autres pays (Chine et Turquie).

Il faut rappeler que d’autres produits de première nécessité comme la semoule, l’huile végétale, le riz et autres étaient dernièrement interdits d’importation au pays.

A Kinshasa, les sociétés prestant dans ce secteur auraient pesé de tous leur poids pour convaincre les autorités à interdire l’importation de ces produits à partir du poste frontalier de Lufu.

Par LKT

*

*

Monter

Login

Lost your password?