..."/>

Renforcement des capacités : Les grandes priorités de la Résolution 2409 expliquées aux acteurs de la Société civile

monusco

La Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Congo (MONUSCO) a organisé le jeudi 7 juin 2018 une journée d’échanges et de sensibilisation des acteurs  de la société civile spécialisés dans les affaires électorales à la connaissance de la Résolution 2409 du Conseil de sécurité des Nations Unies et le nouveau mandat de la mission onusienne en RDC ainsi que ses grandes priorités stratégiques.

L’atelier qui a connu la présence d’acteurs importants de la société civile, du monde des confessions religieuses, des experts indépendants spécialistes des questions électorales, s’est déroulé dans les installations de la MONUSCO situées à Utex Africa, dans la commune de Ngaliema en vue de renforcer les capacités de ces personnalités et son mandat vis –à –vis du processus électoral en RDC.

En effet, par l’adoption de la Résolution 2409, les Nations Unies agissent en interaction avec les organisations régionales et sous régionales pour parvenir avec les autorités congolaises  à organiser les élections crédibles, inclusives et apaisées.

Moudjib Djinadou, directeur de la Division des Affaires politiques de la MONUSCO a fait un survol des messages clés de la Résolution 2409. Dans son intervention, il a fait part des axes prioritaires de cette Résolution. Il s’agit entre autres  d’appuyer les préparatifs des élections, créer les conditions propices pour un processus électoral visant à contribuer à la stabilisation de la RDC, assurer la protection des civils, garantir la sécurité des acteurs politiques.

De son coté Me Antoine Mvubu Mabika a fait sa communication sur un thème interpellateur sur « des enfants et pas des politiciens ». Il a expliqué le contexte dans lequel la section protection de l’enfant de la MONUSCO travaille avec le gouvernement de la RDC avec qui, elle apporte le soutien pour la mise en œuvre du plan d’action pour prévenir le recrutement d’enfants et violences sexuelles.

Pour sa part, Kacou Assoukpe, directeur de la division électorale de la MONUSCO a parlé du processus électoral en mettant un accent sur les axes prioritaires d’appui logistique et technique de la MONUSCO. Sans oublier Abdoul Aziz Thioye, directeur du Bureau Conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme.

Le Conseil a alors autorisé à la MONUSCO un effectif maximal de 19.815 soldats, 760 observateurs militaires, 391 fonctionnaires de police et 1.050 membres d’unités de police constituées, en sus des composantes civiles, judiciaire et pénitentiaire appropriées.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?