..."/>

Retombée du scandale sexuel : Des femmes réclament comme prochain gouverneur de province une des leurs

gouvernorat kongo central photo prise par Erick Ks

« L’espace Femme », une structure regroupant les associations féminines du Kongo Central, a tenu,  une matinée de réflexion qui avait pour objectif d’étudier les voies et moyens susceptibles de faire sortir la province précitée  de la crise née du scandale sexuel au sommet de l’exécutif provincial.

Au cours de cette manifestation , qui a drainé des centaines de femmes de différentes organisations féminines locales dans les installations de la salle paroissiale Notre Dame la Médiatrice, située au quartier Ville-Basse, dans la commune de Matadi, deux principaux thèmes ont été  développés tour à tour à leur intention par Me Cherine Luzayisu et par madame Annie Mbadu, respectivement présidente provinciale de l’Association des femmes juristes du Congo (Afejuco/Kongo Central) et coordonnatrice du Réseau des femmes pour le développement (Refed).

Ne plus continuer à  dormir sur leurs lauriers

La première intervenante a entretenu ses interlocutrices  sur le sujet intitulé  « Femme du Kongo Central : catalyseur du développement de la province ». La seconde  s’est appesantie sur le thème « Participation citoyenne et politique de la femme dans les instances de prise des décisions »
Chacune de deux intervenantes, qui ont été appréciées par l’auditoire pour avoir été à la hauteur de leur tâche, a invité les femmes participantes à ne plus continuer de dormir sur leurs lauriers, mais plutôt à se lever, elles aussi,  pour influencer certaines choses pouvant notamment concourir au développement de leur environnement respectif.

C’est dans cette optique qu’elles ont lancé un vibrant appel à ces dernières qui, désormais, ne doivent plus laisser les hommes seuls postuler à tous les niveaux de prise de décisions. Elles doivent plutôt prendre le courage et le risque de se faire candidates à tous les niveaux lors des échéances futures, dans la mesure où elles ont les mêmes compétences que les hommes.

Finie la récréation

« Finie donc la récréation, se sont-elles exclamées et ce, avant de plaider pour une femme comme prochain gouverneur à la tête de la province du Kongo Central. Etant donné que les femmes, elles, travaillent aussi bien avec leur cœur qu’avec leur cerveau. Les hommes, eux,  ayant déçu et étalé leurs insuffisances au grand jour. Raison pour laquelle soutiennent-elles la révision au plus vite de la loi électorale sur le mode de scrutin des gouverneurs de province ; en privilégiant celui au suffrage universel direct au lieu de laisser les députés provinciaux facilement corruptibles voter seuls ces chefs de l’exécutif.

Les hommes ont déçu et étalé leurs insuffisances au grand jour

D’importantes résolutions et recommandations ont été enfin formulées par les participantes au terme de cette matinée de réflexion pour sortir la province du Kongo Central de sa crise politique née du scandale sexuel du 25 août dernier. Il s’agit entre autres de l’implication personnelle du chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans ce dossier révoltant ; la révision, par le législateur, de la loi électorale sur le mode de vote des gouverneurs de province ; l’exercice du mandat du député élu devant désormais rester obligatoirement au Parlement servir sa base et enfin, l’organisation d’une série de prières de délivrance contre l’opprobre jeté sur les filles et fils du Kongo Central.

Et cela, via  toutes les confessions religieuses.     Signalons que cette rencontre se tenait près d’une semaine seulement après la matinée d’échanges organisée par le Cercle de réflexion et d’action pour le changement (Crac), autre structure regroupant des éléments de la gent féminine.

Par Dieudonné Muaka Dimbi

*

*

Monter

Login

Lost your password?