..."/>

Secteur des mines : La Gécamines veut accélérer sa modernisation

Gecamine

En cette période où le parlement poursuit la révision du Code minier, ce principal opérateur minier se fixe un nouvel objectif et veut être fort, afin de transformer les richesses du sous-sol congolais en richesses pour le peuple congolais, selon son PCA!

La Gécamines (Générale des carrières et des mines) voudrait accélérer sa modernisation pour cette année 2018, selon un communiqué publié par cette entreprise de l’Etat le 08 janvier 2018. Un engagement relevé par le Président du conseil d’administration de la Gécamines, Albert Yuma, lors de l’inauguration, le 22 décembre 2017, du siège social rénové de cette société, à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga. Joseph Kabila avait pris part à la cérémonie d’inauguration de cet immeuble renové qui est, pour le moment, à la base d’une polémique dans cette ville cuprifère et à Kinshasa.

Albert Yuma a cependant affirmé que, «seule la reconstruction d’un acteur minier national fort sera à même de transformer les richesses du sous-sol congolais en richesses pour le peuple congolais rappelle le Président de Gécamines». C’était aussi l’occasion pour le PCA Albert Yuma de procéder à un constat objectif et sans concession des activités de cet opérateur minier public et d’annoncer les grands chantiers ainsi que les défis qui attendent la Gécamines pour l’exercice 2018.

Pour un partenariat

Selon son PCA, la Gécamines a évalué les partenariats pris avec certains de ses partenaires extérieurs qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Des partenariats qui n’ont généré aucun dividende et n’ont donc pas participé au développement national. C’est pourquoi la Gécamines s’est  engagée, entre 2015 et 2017, à procéder une série d’audits de ses partenariats avec l’aide de cabinets internationaux de premier plan.

Selon ce principal opérateur minier en RDC, les premiers résultats de ces audits laissent apparaitre que ces contrats de partenariats auraient été gérés au détriment de la Gécamines , souvent au moyen de pratiques comptables et de gestion inacceptables. Pour le PCA, «la Gécamines ne peut se satisfaire plus longtemps d’une telle situation».

Ainsi, en 2018, Gécamines entend engager des discussions désormais franches avec ses partenaires et, en tant que de besoin, pour exiger la clarification des accords en place.
La Gécamines affirme suivre, par ailleurs, avec beaucoup d’attention les discussions en cours au parlement sur la refonte du Code minier de 2002, dont l’objectif annoncé est de rééquilibrer le système de partage de la richesse minière du pays, un des plus avantageux au monde pour les investisseurs.

  Un rapport récent d’un bailleur de fonds a révélé que le boom du secteur des ressources naturelles à partir de l’année 2007 a davantage profité aux investisseurs étrangers qu’à l’État et aux producteurs locaux. Le choix de recourir à des multinationales exerçant dans le secteur formel n’ayant ainsi pas produit les retombées économiques escomptées par l’État.

 Par Lucien Kazadi T.

*

*

Monter

Login

Lost your password?