..."/>

Selon le député national Crispin Mbindule Mitono : Des millions de dollars US destinés au FONER détournés

????????????????????????????????????

Le député national Crispin Mbindule Mitono stigmatise les magouilles entretenues par des gouverneurs de provinces qui se plaignent qu’ils n’arrivent pas à réhabiliter les routes d’intérêt provincial et local, les voiries urbaines et les routes de desserte agricole à cause du manque de financement. Ils prétendent qu’ils exécutent les quelques travaux d’entretien des routes ou voiries grâce aux fonds propres de leurs provinces mais, personne d’entre eux ne dit la vérité sur les fonds que le Fonds National d’Entretien Routier (FONER) leur rétrocède ou met à la disposition des Agences spécialisées, telles que l’Office des Voiries et Drainage (OVD) et la Direction des Voies de Desserte Agricole (DVDA) pour l’entretien des routes.

Etonné par l’état de délabrement de ces routes, le député national Crispin Mbindule Mitono a adressé une  » question écrite  » au Directeur Général du FONER sur l’exécution de la rétrocession en faveur de 25 provinces.  Les éléments de réponse du DG de FONER ont éclairé les principales zones d’ombres où la  » médiocrité et l’amateurisme  » caractérisent la gestion des recettes générées par les provinces et la ville de Kinshasa ou rétrocédées à ces dernières par le Gouvernement national et le FONER.

Affectation abusive

Selon le député, le DG du FONER, Fulgence Bamaros Lobota, a révélé qu’après  » plusieurs missions de contrôle, la Direction Générale du FONER a constaté l’affectation abusive des fonds rétrocédés aux provinces  » et, pour tenter de sauver les rétrocessions de 2017, avec l’accord du Ministère des ITPR, le FONER a opté pour l’allocation du gros de la rétrocession,  sinon de la totalité, au  financement du Programme d’Entretien Routier (PER) des Agences routières gestionnaires des routes d’intérêts provincial et local, à savoir l’OVD et la DVDA et ce, conformément aux prescrits de l’article 31 du Décret N°08/27 du 24 décembre 2008 portant création et statuts du FONER « .

Ensuite, le DG Fulgence Bamaros Lobota a affirmé que,  » dans une moindre mesure, le FONER effectue des rétrocessions à quelques requêtes retenues par les projets éligibles à son propre financement « . Pour preuve, il a mis à la disposition du député Crispin Mbindule Mitono le tableau récapitulatif des rétrocessions payées par sa structure de janvier 2017 à ce jour, pour un montant total de 23. 059. 890,43 USD en faveur de l’OVD, la DVDA et les Exécutifs provinciaux, en raison de 10.550.334 USD pour Kinshasa ; 4.367.892 USD pour l’ex-Province-Orientale ; 2.297.648 USD pour l’ex-Katanga ; 1.239.475 USD pour le Kongo Central ; 1.095.441 USD pour l’ex-Equateur ; 1.027.100,43 USD pour l’ex-Kasaï Occidental ; 927. 290 USD pour l’ex-Bandundu ; 796.059 USD pour l’ex-Kasaï Oriental ; 359.290 USD pour le Maniema. 351.443 USD pour le Nord-Kivu ; 47.799 USD pour le Sud-Kivu. Les informations du FONER et celles de l’OVD renseignent que,  neuf mois durant en 2017, six Exécutifs provinciaux ont bénéficié d’une rétrocession FONER de 3.529.545 USD. Il s’agit de Lualaba 100.000 USD, Haut-Katanga 400.000 USD, Haut-Lomami 75.000USD, Nord-Kivu 300.000 USD, Kinshasa 2.054.545 USD, Ituri 600.000 USD.

Contradiction

Quant à lui, l’OVD reconnaît avoir reçu 14.306.133,11 USD, alors que le FONER déclare avoir libéré 17.293.810,43 USD, soit une différence de 2.988.801,66 USD.  L’actuel gouverneur de province de l’Ituri, alors commissaire général, avait perçu, suivant l’ordre de paiement de la RAWBANK portant n° PA 01063671 du 28 janvier 2016, une somme de 463.500.000 francs congolais, soit environ 500.000.00 USD, pour le financement des travaux de la voirie dans sa juridiction, qu’il n’a jamais justifiés jusqu’à ce jour, allègue le FONER.

Pour cette année 2017, la province de l’Ituri a déjà bénéficié d’une rétrocession de 1.050.227,00 USD, dont le plus grand montant (600.000,00 USD) est perçu par le gouverneur de province. La différence de 450.227,00 USD est allouée à l’OVD. Concernant la route Ngote-Aru, les travaux n’avancent pas, pourtant financés au regard du contenu de la lettre N°146/FONER/DG/DAF/GMM/2017 du 28 avril 2017 du DG de FONER. Quant à la route Aéroport-Centre Ville/Bunia, dont les travaux ne sont pas débutés, l’entreprise Ii (INGEGNERIA INOVAZIONE) est déjà entrée en possession du financement à hauteur de 500.000,00 USD.

Malgré tous ces fonds alloués par le FONER à la province de l’Ituri et sa 3ème place en capacité génératrice des recettes, son patrimoine routier demeure dans un état de délabrement très avancé. Au Nord-Kivu, en 2017, le FONER déclare avoir mis 51.443 USD et 300.000 USD, respectivement à la disposition de la DVDA et de l’Exécutif provincial.  » Peut-on retrouver la trace de ces fonds étiquetés comme tel dans un coin de la province ? « , s’interroge l’élu de Butembo.

Par ailleurs, un montant de 3.000.000 USD a été débloqué par le FONER pour financer la voirie des villes de Butembo, Beni et Goma en 2015, et mis à la disposition de  » Aaron SEFU Sarl « . En 2016, le gouverneur avait sollicité auprès du FONER en faveur de l’entreprise TRAMINCO un montant de 7.204.137,34 USD pour la réhabilitation et la modernisation de la Route Nationale 2 Sake, tronçon entre l’entrée Président et l’école Mikeno dans la ville de Goma.

 » Quelle a été la suite réservée à cette demande? « , s’interroge encore le député, ajoutant que la rétrocession de 40% de la production FONER effectivement payée au Nord-Kivu en 2016 s’élève à 2.950 USD sur un total de 2.978.902,53 USD et que le Laboratoire National des Travaux Publics gagne, pour sa part, plus de 368.874.000FC pour l’entretien routier de l’axe Butembo-Lubero-Kanyabayonga-Rutshuru.

L’auteur de la question écrite adressée au DG Fulgence Bamaros Lobota a également révélé que, hormis les fonds rétrocédés par le FONER, le ministre des IPTR et les gouverneurs s’arrangent pour prélever sur les recettes de leurs provinces respectives, d’autres fonds destinés aux mêmes chantiers. » Que dire des rétrocessions de 40% du Gouvernement national et des allocations du budget d’investissement ? « , s’exclame-t-il, estimant que tout cet argent prend une destination inconnue tandis que le peuple continue d’endurer les  souffrances sur un réseau routier délabré.

Par Marcel Tshishiku

*

*

Monter

Login

Lost your password?