..."/>

Selon l’OMS : L’Afrique prend de dispositions contre coronavirus

Coronavirus

Bien qu’aucun cas confirmé de nouveau coronavirus n’ait été signalé dans la région africaine, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) renforce son soutien aux pays du continent pour la détection et la prise en charge des cas suspects, ainsi que pour assurer une réponse efficace si un premier cas venait à être détecté.

Le continent africain a des liens étroits avec la Chine, qui se trouve être l’épicentre de l’épidémie. Ainsi, l’OMS estime que le «nCoV-2019» représente un risque élevé pour la région africaine.
Depuis le 22 janvier 2020, l’OMS a reçu des dizaines d’alertes provenant de 20 pays concernant de possibles infections par le nouveau coronavirus. Ces pays lancent les enquêtes sur ces alertes pour déterminer, si elles répondent à la définition d’un cas suspect de «nCoV-2019», des échantillons sont prélevés et envoyés aux laboratoires.

Deux laboratoires installés

Etant donné qu’il s’agit d’un nouveau virus, jusqu’au début de cette semaine, seuls deux laboratoires, l’un au Sénégal et l’autre en Afrique du Sud, disposent des réactifs nécessaires pour tester les échantillons et ont servi de laboratoires de référence pour les pays de la région. Quatre autres pays (le Ghana, Madagascar, le Nigéria et la Sierra Leone) ont désormais indiqué qu’ils peuvent également effectuer des tests.

L’OMS envoie des kits à 29 laboratoires de la région. Ce qui permettra à ces laboratoires de disposer d’une capacité de diagnostic du nouveau coronavirus et de pouvoir tester des échantillons provenant des pays voisins.
«Un nouveau virus est toujours un défi, et la plupart des laboratoires en Afrique ne disposent pas du matériel essentiel dont ils ont besoin pour effectuer des tests sur un nouvel agent pathogène», a déclaré le docteur Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

«L’OMS travaille avec les pays pour augmenter rapidement la capacité de diagnostic du «nCoV-2019». Il est essentiel que les pays de la région puissent détecter et traiter les cas graves au stade précoce, afin d’éviter une épidémie généralisée qui pourrait submerger les systèmes de santé fragiles».

L’OMS a identifié 13 pays prioritaires dans la région, qui en raison de leurs liens directs ou du volume important de voyages vers la Chine, doivent être particulièrement vigilants à l’égard du nouveau coronavirus. L’OMS joue un rôle actif en aidant les pays à coordonner les efforts de préparation. Le personnel supplémentaire est arrivé dans sept des 13 pays, et d’ici la fin de la semaine, des équipes devraient être en place dans tous ces pays.

L’OMS envoie du matériel de protection pour le personnel de santé, ainsi que des thermomètres et autre matériel essentiel pour le dépistage et le traitement des cas suspects dans les aéroports et autres points d’entrée. Bien que les pays prioritaires soient les premiers domaines d’intervention de l’OMS, l’organisation soutiendra tous les pays de la région à se préparer au nouveau coronavirus. L’OMS collabore avec les partenaires pour soutenir la préparation dans des domaines clés, notamment la sensibilisation des communautés et l’augmentation des capacités de traitement en cas de besoin.

Une bonne hygiène des mains recommandée

De nombreux pays s’appuient sur l’expertise acquise dans le cadre de la préparation à une pandémie de grippe, car les coronavirus provoquent des maladies similaires à la grippe. En outre, depuis le début de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, en 2018, l’OMS et les partenaires ont aidé les pays à haut risque à se préparer à d’éventuels cas d’Ebola. Ces efforts, qui ont permis de renforcer les capacités de surveillance et de traitement des cas infectieux, peuvent également contribuer à la lutte contre le nouveau coronavirus.

Pour se protéger contre le nouveau virus, l’OMS recommande une bonne hygiène des mains et des voies respiratoires, ainsi que des pratiques alimentaires saines. Il s’agit notamment de se laver les mains à l’eau et au savon, ou de se frotter les mains avec un désinfectant à base d’alcool, de se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir ou sa manche lorsqu’on tousse ou éternue, d’éviter tout contact étroit avec une personne présentant des symptômes de grippe, de bien cuire les aliments, en particulier la viande.

Selon les informations communiquées à l’OMS au 4 février 2020, il y avait 20 471 cas confirmés en Chine, avec 425 décès. En dehors de la Chine, 159 cas ont été confirmés dans 23 pays avec un décès.

Par GKM

*

*

Monter

Login

Lost your password?