..."/>

Suite au mot d’ordre du ministre de l’ESU : Les homes de l’Unikin se vident de leurs résidants

Unikin deguerpissement des étudiants

Le comité de gestion de cette institution universitaire appelé à œuvrer pour permettre une réinstallation rapide sur le site des seuls étudiants réguliers
Par Carroll Madiya

Les étudiants de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) sont entrain d’évacuer les homes. Hier mercredi matin, on pouvait les voir avec leurs bagages dans les mains, sur la tête, le dos, ou encore dans des brouettes, motos et voitures.
Ces personnes  répondent à l’ordre du ministre de l’Enseignement Supérieur, Thomas Luhaka Losendjola qui, à travers un communiqué rendu public le Mardi 7 janvier 2020, a demandé à tous les occupants des homes de l’Université de Kinshasa d’évacuer volontairement les lieux, endéans 48 heures. Cela suite aux troubles causés à l’ordre public et le climat d’insécurité règnant  depuis le 06 janvier dans ce site universitaire.

 » Toutes les activités au sein de l’Université de Kinshasa sont suspendues jusqu’à nouvel ordre « , a déclaré Thomas Luhaka qui a, par ailleurs, instruit le comité de gestion de l’UNIKIN de collaborer à l’application de ces mesures en vue de permettre une réinstallation rapide dans les homes des seuls étudiants réguliers.

 » Il est demandé aux autorités compétentes de la police nationale congolaise, des services de sécurité et de la justice de procéder, le plus rapidement possible, à l’identification et à l’arrestation des auteurs de ces forfaits pour qu’ils subissent la rigueur de la Loi « , a martelé le ministre.

Qu’est ce qui s’est passé ?

Pour rappel, les étudiants ont commencé à manifester dans la soirée du Dimanche 05 au Mardi 06 janvier de cette année  contre la hausse du prix des frais académiques pour l’année 2019-2020, fixés à 490.500 FC pour les classes de G1 et L1 et à 410.000 FC pour les G2 et L2 par année académique. Selon un étudiant, au cours de l’année académiques 2018-2019, les frais académiques étaient fixés à 253.000 FC, de G1 jusqu’en L2, avant le communiqué du ministre de l’ESU qui a réduit le montant à 210.000 FC pour les G1 et L1 et à 171.000 FC pour les G2 et L2.

 » Nos revendications tournent autour des frais académiques. Auparavant, on payait 253.000 de G1 en L2. Le ministre avait réduit ce montant. Il avait dit que des classes de préparatoire, celles de G1 et celles de L1 devraient payer 210 000 FC. G2 et L2 devraient payer 171 000 FC. Et maintenant, une nouvelle décision tombe: les classes de G1, celles de L1 et celles de préparatoires doivent payer 490.500 FC et les classes de G2 et L2 410.000 FC par an. C’est pour cela que les étudiants manifestent « , a-t-il expliqué.

IT/ La Nogec prend position

Dans un communiqué rendu public LE Mardi 07 Janvier 2020, la Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo (Nogec) a exhorté le gouvernement de la République à revoir à la baisse et à uniformiser les frais académiques dans tous les instituts supérieurs et universitaires.  » Nogec juge légitimes ces manifestations organisées contre la hausse des frais académiques, mais condamne l’incivisme et la violence qui les ont caractérisées.

Il est inacceptable qu’un étudiant, de surcroît futur cadre, se livre à la destruction d’un bien public qu’il est pourtant censé protéger « , a  souligné le président de la Nogec, Constant Mutamba qui, par ailleurs, a exprimé sa solidarité envers toutes les victimes, directes ou indirectes, de ces violences. Elle invite à l’ouverture d’une enquête judiciaire, afin d’établir les responsabilités individuelles de leurs auteurs, conformément à la loi.

*

*

Monter

Login

Lost your password?