..."/>

Vaches dans l’ex-Bandundu : une table ronde annoncée

Vaches dans l’ex-Bandundu

Une table ronde sera bientôt organisée dans la ville de Kinshasa pour parler de la question relative à la présence massive des troupeaux de vaches dans deux provinces de l’ex-Bandundu, à savoir le Kwango et le Kwilu. La tenue de cette table ronde a été annoncée par Radio Okapi, une chaine parrainée par la Mission de l’ONU pour la Stabilisation au Congo (MONUSCO).

Selon cette source, le rapport du Caucus de députés de Feshi sur ces troupeaux de vaches a été remis à Aubin Minaku, président de l’Assemblée Nationale. Vont y participer les membres du Caucus, les notables des provinces où sont campés les troupeaux et les propriétaires des troupeaux.

Pour leur part, les analystes s’interrogent sur l’opportunité de la tenue de cette table ronde dont les conclusions  sont déjà connues, étant donné que le Caucus a précisé que ces bêtes appartiennent bel et bien à des Congolais identifiés à Kinshasa, répondant ainsi à la question que pose l’opinion nationale sur l’identité des propriétaires. La question est si préoccupante que, lors de sa première intervention sur la radio onusienne, le représentant de la communauté Banyamulenge n’a pas fait allusion aux propriétaires qui se retrouveraient dans la capitale congolaise.

Mercredi 21 février dans l’émission « Parole aux Auditeurs » de Radio Okapi, Me Blanchard Mungomba,  communicateur des tribunes du Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, a déclaré que le régime de Kinshasa a appelé cet élu du peuple lors de sa descente sur le terrain, pour lui dire que ce dossier relève du niveau national.

Me Blanchard Mungomba est aussi cadre à l’Université Populaire, une structure de réflexion créée par la même personnalité. Il était appuyé par Etienne-Vivien Kalonji, analyste politique indépendant et chercheur en résolution non-violente des conflits.

Il y a toujours des questions restées sans réponse  sur l’arrivée brusque de ces bouviers et de leurs troupeaux dans ces parties de l’ex Bandundu. Déjà, la mission d’information n’a pas eu la tâche facile face à la population locale qui hésite de cohabiter avec ces éleveurs venus de l’Est du pays.

Par Asiyeshindwa

*

*

Monter

Login

Lost your password?