..."/>

Vendredi 30 décembre 2016 vu par l’ensemble du peuple congolais : Le jour où l’Eglise catholique de la RDC pourrait recevoir de Dieu sa prime de mission prophétique réussie !

Cardinal Laurent Mosengwo Pasinya. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Dans la fièvre de l’attente de cet évènement, les Congolais sont invités au calme par la Conférence épiscopale nationale du Congo, Cenco en sigle

Le samedi de la semaine écoulée, un communiqué publié par la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) a fait le tour des maisons de presse à Kinshasa, en indiquant en substance que le texte de l’accord conclu par les parties au Dialogue politique inclusif subissait déjà un toilettage en règle, avant d’être publié ce vendredi 30 décembre 2016!

Beaucoup de compatriotes n’en croyaient pas leurs yeux, parce que la veille, des informations circulant à ce sujet et à l’étranger attestaient que la conclusion d’un accord allant dans le sens voulu par l’ensemble du peuple congolais était devenue impossible, faute de concessions mutuelles de la part des parties en présence !

Aux dires du vice-président de la CENCO, qui aurait validé le communiqué annonçant à la face du monde par sa signature cet heureux évènement, un jour nouveau se lèvera sur la RDC ce vendredi. Pendant le temps précédant  la journée du  vendredi 20 décembre 2016, les fidèles catholiques s’adonnent à des séances de prières et de supplications pour obtenir la protection dudit accord par Dieu et la mise en œuvre rapide de celui-ci pour le plus grand bien du pays et de populations qui l’habitent !

Une véritable libération pour les Congolais

Alors que les paroissiens de l’Eglise catholique à Kinshasa pavoisent déjà pour fêter ce vendredi béni de Dieu, des chrétiens d’autres églises n’entendent pas cela de cette oreille et cherchaient même à torpiller à leur manière les préparatifs de l’évènement au lieu de considérer que l’aboutissement souhaité du dialogue politique inclusif en cours est un don de Dieu à ses enfants de la RDC sans distinction de confessions religieuses existantes dans ce pays.

Mais d’une manière particulière l’homme de la rue à Kinshasa estime que ce vendredi 30 décembre 2016 sera un jour de gloire où l’Eglise catholique qui est en RDC pourrait recevoir de Dieu sa prime de mission prophétique réussie après avoir pris sur elle la responsabilité de concilier les positions de deux familles politiques qui se haïssaient probablement mais qui avaient secrètement la même grandeur d’Amour pour leur pays !

Après la tenue du dialogue politique inclusif dont la médiation a été assurée par les Princes de l’Eglise catholique beaucoup de choses importantes restent à faire. Il appartient à d’autres confessions religieuses présentes au pays de cibler celles-ci et de proposer leur médiation dans l’intérêt bien compris du pays, à commencer par les églises dites de réveil qui ont semblé prendre la tête du mouvement ayant boudé l’initiative très risquée de l’Eglise catholique.

En attendant ce vendredi 30 décembre 2016 qui va précéder un « Te Deum » à organiser dans l’ensemble de la République comme le jour de l’accession du Congo à l’indépendance, l’organisation de réjouissances populaires est à mettre en route ici et maintenant pour démonter à la face du monde que l’évènement à célébrer a le sens d’une véritable libération pour le peuple de ce pays !

Par Bamporiki Chamira

*

*

Monter

Login

Lost your password?