..."/>

Après la campagne Bye bye Kabila, La NOGEC lance : «l’Opération sifflet ; match esili »

La Nouvelle Génération pour l’Emergence du Congo (NOGEC) a lancé une action dénommée « opération sifflet : Match esili ».

Dans une déclaration datée du lundi 12 décembre 2016, signée par le président de cette organisation, Me Constant Mutamba Tungunga, ce mouvement de citoyens congolais pro-démocratie,   a fait savoir que cette action consiste à signaler, le 19 décembre prochain, à partir de 06h00, la fin du mandat du régime politique actuel, au pouvoir depuis déjà 10 ans.

« Cette action consiste à appeler le peuple congolais à se procurer en sa qualité d’arbitre du jeu politique, des sifflets devant servir d’alerte généralisée , le 19 décembre 2016 à partir de 06h00, de la fin d’un match qui aura duré 10 ans, sur l’ensemble du pays et à travers le monde », a-t-on souligné dans cette déclaration de la NOGEC, qui souhaite que la date du 19 décembre 2016 reste dorénavant gravée dans l’histoire politique congolaise, car elle devra consacrer un passage pacifique et civilisé du pouvoir au sommet de l’Etat.

La NOGEC constate avec consternation les manœuvres anti-démocratiques de l’actuelle majorité au pouvoir tendant à contourner la sanction populaire par la non organisation intentionnelle de l’élection présidentielle, au mépris de la volonté du peuple souverain et de la Constitution de la République.

Elle estime que la profonde aspiration du peuple congolais demeure à ce jour le respect inconditionnel de la loi fondamentale, qui impose ainsi aux différents acteurs politiques de la majorité présidentielle comme de l’opposition, l’alternance démocratique et ne donne lieu à aucune marge de marchandisation du pouvoir politique.

Ce mouvement politique considère que la seule voie pour éviter le chaos, au terme du second et dernier mandat de l’actuel président de la République, est le respect de la Constitution. Elle salue la relance des pourparlers entre différents acteurs politiques en invitant la CENCO, qui en assure les bons offices, à rester du côté de la légalité.

Par ailleurs, la NOGEC rappelle à tous les acteurs politiques et à la CENCO qui offre sa médiation dans ces pourparlers entre l’opposition et la majorité, l’impératif de respecter strictement la Constitution, laquelle limite à deux le nombre des mandats du président de la Republique.

« Passer cette exigence constitutionnelle poussera incontestablement le peuple à se prendre en charge sur la base de l’article 64 al. 1er de la Constitution », a-t-on déclaré dans le document où la NOGEC, réitère également son indéfectible soutien à la campagne « Bye Bye Kabila », initiée par la coalition des mouvements citoyens congolais, dont FILIMBI et LUCHA.

Par Carroll Madiya

*

*

Monter

Login

Lost your password?