Type de recherche

Goma : OLPA dénonce les actes d’intimidation contre une journaliste

La Tempête des Tropiques Province SOCIETE

Goma : OLPA dénonce les actes d’intimidation contre une journaliste

Partager


Par TSM

L’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA) a, dans un communiqué de presse du 19 juin 2024, exprimé sa grande stupéfaction après des actes d’intimidation contre la Directrice de la radio Go FM et correspondante de média en ligne Actualite.cd, Yvonne Kapinga. Cette station radio émet à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo.

Selon la source, elle a été victime d’actes d’intimidation, le 17 juin 2024, de la part de trois individus arborant la tenue de la Direction Générale des Migrations (DGM). ” C’était au moment où elle se trouvait dans l’enceinte de l’école primaire Kalangala au quartier Volcans à Goma, pour y effectuer un reportage sur l’écroulement de la façade de l’école après une forte pluie ayant causé plusieurs blessés graves parmi les écoliers “, a indiqué le communiqué de presse. Reprochant à la journaliste de filmer des enfants en détresse, ces agents de la DGM lui ont ordonnée de supprimer les images de son reportage. Curieusement, un agent de la DGM a appelé la foule à lyncher la journaliste, sous prétexte qu’elle était au service du Rwanda. ” Heureusement qu’Yvonne Kapinga a été reconnue par des habitants du quartier comme journaliste “, pouvons-nous lire dans ce communiqué de presse.

Au regard de la situation, cette ONG de défense et de promotion de la liberté de la presse a condamné vigoureusement ces actes d’intimidation ayant mis en danger la vie d’une journaliste en plein exercice de sa profession. Une attitude qu’OLPA qualifie d’entrave intentionnelle à la libre circulation de l’information garantie par la législation congolaise et les instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme. ” En conséquence, OLPA a invité les responsables de DGM/Goma à diligenter une enquête pour identifier les auteurs de cet acte et les sanctionner conformément à la loi “, a conclu le document.