A la une La Tempête des Tropiques Nation POLITIQUE

Arrestation de Christian Ngoy: John Numbi dans le viseur !

En attendant de connaître la date de son audition et les faits lui reprochés, cet officier proche du Général John Numbi est gardé à la prison militaire de Ndolo
Par GKM

Une source digne de foi et proche du dossier Chebeya confirme que le Major Christian Ngoy Kenga Kenga, arrêté Lubumbashi et transféré à Kinshasa, est détenu à la prison militaire de Ndolo depuis le samedi 5 septembre.
Officier de la police nationale, Christian Ngoy Kenga Kenga avait été condamné par contumace lors du procès de l’assassinat de l’activiste des droits de l’homme Floribert Chebeya Bahizire et de son chauffeur Fidèle Bazana Edadi en 2010. Considéré comme l’un des présumés assassins de Chebeya, cet officier était en cavale depuis neuf ans.

A en croire certaines sources, l’opération qui a mené à l’arrestation de Christian Ngoy Kenga Kenga, le 3 septembre 2020 à Lubumbashi, aurait été discrètement conduite par les services de sécurité, munis d’un mandat d’amener émis par la justice militaire. Et les autorités provinciales n’auraient été informées qu’ultérieurement par téléphone.

Lueur d’espoir pour la vérité

Pour la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’homme (Fidh), l’arrestation du fugitif Christian Ngoy Kenga Kenga est un espoir pour la justice et la vérité dans l’affaire Chebeya. Surtout que cette arrestation intervient dix ans après l’assassinat de Floribert Chebeya et la disparition de Fidèle Bazana.
Considéré comme fugitif dans cette affaire, le major Christian Ngoy a été arrêté à Lubumbashi sous des accusations de  » détention d’armes de guerre « .

C’est aussi une occasion pour la justice militaire congolaise de relancer le procès Chebeya et Bazana, afin de permettre à Christian Kenga Kenga d’éclairer la justice sur cette affaire grave. Surtout quand on sait que cet homme serait celui qui avait accueilli Floribert Chebeya au Commissariat général de la Police dirigé à l’époque par le général John Numbi (actuellement sans fonction),lorsque cet activiste de droits de l’homme était allé répondre à une invitation de la PNC. Ce jour-là, Floribert Chebeya n’est plus ressorti vivant. Son corps a été retrouvé abandonné dans une voiture sur la route de Mitendi, sur la nationale No 1. Quant à son chauffeur, Fidèle Bazana, son corps n’a jamais été retrouvé jusqu’aujourd’hui.

Les réactions fusent de partout

Pour l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme, un programme conjoint FIDH-OMCT, l’arrestation de Christian Kenga Kenga contribuera à relancer la procédure judiciaire dans l’affaire Chebeya et Bazana, afin que tous les responsables soient identifiés, jugés et sanctionnés.

Pour la voix des sans voix pour les droits de l’homme (Vsv), organisation fondée par feu Floribert Chebeya, l’arrestation de ce fugitif est un signal fort de lutte contre l’impunité des intouchables en RDC. Depuis dix ans, seule une parodie de justice a été rendue dans le procès des assassins présumés du défenseur des droits humains Floribert Chebeya et de la disparition de son chauffeur Fidèle Bazana.

L’arrestation de Christian Ngoy constitue donc une occasion importante pour relancer cette affaire judiciaire, note la Fédération Internationale des Ligues des droits de l’homme. Cette puissante plateforme internationale des organisations de défense et de promotion des droits de l’homme regrette cependant qu’un autre fugitif, notamment le policier Jacques Mugabo, condamné aussi en 2011 dans ce dossier, n’est pas toujours inquiété.

Tous les deux étant des proches du Général John Numbi Banza Tambo, considéré comme le commanditaire de ces actes, et qui n’est pas encore poursuivi jusqu’à présent. Dans les milieux des organisations de la société civile de défense et de promotion des droits de l’homme, le Général Numbi qui était, à l’époque des faits, Inspecteur général de la police, est sous sanctions de l’Union européenne depuis 2016, pour son rôle présumé dans des atteintes à la démocratie et au processus électoral en RDC.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *